TEST VIEW
  • Développeur : roll7
  • Editeur : Devolver Digital
  • Site Web : PAL
  • Version testée : PC
  • Classification :
    Sigle âge 16 ans et plus
    Francaise : 14/05/2015
    Americaine : nc/nc/nc
    Japonaise : nc/nc/nc
  • Exclusivitée
  • PEGI :
    Violence : jeu contenant des scènes de violentes

NOT A HERO

Rédigée par

Après OlliOlli, Roll7 continue sur sa lancée de jeux en scroll horizontal minimaliste en nous proposant Not a Hero, un cover shooter complètement pété qui fouette les champignons hallucinogènes et pique les yeux comme de l’acide. Comprenez par là : courir, tirer, se planquer, recommencer. Qui dit pixel-art/minimalisme, dit bien souvent édité par Devolver Digital, que l’on ne présente plus.

NAH_Banner

 ALL HAIL TO THE BUNNY LORD !!

Bunny Lord en pleine négociation

Bunny Lord en pleine négociation

Bunny Lord ? Comment dire… Prenez un lapin, trempez-le dans un pot de peinture violette, étirez-le au-delà du raisonnable, genre sur deux bons mètres, mettez lui un costard et un combo AK47/batte de base-ball entre les pattes et vous obtenez le seigneur lapin. Ah oui, il faut qu’il vienne du futur aussi sinon ça ne marche pas. Bille en tête, Bunny Lord a décidé de gagner les élections locales, par tous les moyens. Vous incarnez donc dans un premier temps Steve, un “manager” porte-flingue, et votre objectif est d’aider le lapin à gagner ses élections. Le plan de Bunny Lord est simple: la violence a atteint des sommets dans la ville. La solution ? Tuer tous les bandits et autres “fauteurs de troubles”. Combattre le mal par le mal dira-t-on. Qu’est ce qu’un fauteur de trouble dans Not a Hero ? Un mec qui ne veut pas voter pour vous. Ces personnes auront le choix: voter pour vous ou “ne pas voter”, vos arguments appuyés par un flingue dans la bouche étant tout de suite plus convaincants. Au fur et à mesure que vous rallierez les citoyens à votre cause, Bunny Lord engagera de nouveaux mercenaires, chacun ayant une petite histoire et un accent bien stéréotypé. Du plouc du fin fond de la cambrousse à une belle asiatique ninja sadique, en passant par un Barracuda-like, les origines et les styles de jeu seront bien différents pour les 9 personnages jouables.

Shoot and run

Plus parlant qu'une image

Plus parlant qu’une image (cliquez pls)

Le parcours des niveaux se fera globalement toujours de la même façon, peu importe le personnage joué. Il vous faudra nettoyer les immeubles de la vermine qui vous empêche de passer et atteindre un objectif particulier : poser une bombe, trouver une personne etc… Courir et foncer tête baissée n’apportera que très rarement satisfaction, et les ennemis, bien qu’un petit peu limités, ne se laisseront pas faire. A votre disposition, une arme principale -pistolet, fusil à pompe ou encore sabre. En cassant quelques gueules, vitres et autres portes vous pourrez obtenir des armes secondaires et des bonus complètement loufoques pour votre arme, comme un rayon laser. Concernant les mouvements du personnage, ce dernier pourra bouger de gauche à droite ou inversement, se mettre à couvert ou encore glisser pour faire tomber ses adversaires. La plupart du temps, tirer à distance s’avère être la solution de facilité, mais certains ennemis ne vous laisseront pas faire, en se mettant à couvert pour éviter vos tirs. Solution ? Courir à toute berzingue pour leur faucher les pattes, les faire tomber, et les achever avec une animation bien sanglante. Un gameplay simple, efficace et assez jouissif en son genre. Cependant quelques bémols sont à noter. En effet, il faudra utiliser la même touche pour vous mettre à couvert et faire une glissade. Plus simple me direz-vous? Et bien pas toujours. Pour se mettre à couvert, une simple pression de touche à l’endroit approprié et hop c’est fait.

Jour 135: ils ne m'ont toujours pas remarqué.

Jour 135: ils ne m’ont toujours pas remarqué.

Mais attention, si votre stick de déplacement est ne serait-ce qu’un peu orienté dans une direction, vous êtes parti pour une glissade de l’enfer qui pourrait bien vous conduire à la mort. Un coup de main à prendre qui pourra prendre un peu de temps pour certains joueurs. Autre remarque qui pourrait paraître absurde, recharger votre arme peut parfois être frustrant. Si les temps de recharge ne sont pas particulièrement longs, on a parfois tendance à matraquer la touche de tir et à se retrouver sans balle. Les plus bourrins iront au contact pour renverser l’ennemi et le finir à coups de crosse, mais il s’agit généralement d’une idée plutôt mauvaise si l’ennemi n’est pas tout seul. Mises à part ces petites choses, le gameplay reste assez intuitif et jouissif surtout quand il s’agit d’achever ou d’infliger un coup critique à bout portant.

 Couleurs flashy et déflagrations: un cocktail explosif!

Vote meh

Vote meh

Les personnages attachants compensent heureusement la faible durée de vie du titre, qui est le gros point noir du jeu. A noter également que chaque niveau se revêt de trois ”défis” à accomplir, un point positif en somme, bien que certains de ces challenges cassent un peu le rythme effréné avec lequel on parcourt les niveaux. Les amateurs de minimalisme et de pixel-art seront servis. Le jeu est vraiment joli, les environnements, bien qu’assez peu variés, sont travaillés et efficaces. Les différents personnages que le joueur peut incarner ont tous un doublage unique, avec un accent bien violent et des répliques tout aussi drôles – personnages d’ailleurs clairement inspirés de l’univers cinématographique. On pensera à la Mariée de Kill Bill ou encore à Jesus de The big Lebowski. Leurs animations sont fluides et agréables voire carrément artistiques pour certains personnages qui vendent du rêve lors de l’exécution de leur kill-move. Ajoutez à cela une bande son, qui, si elle n’est pas à la hauteur d’un Hotline Miami, a quand même de quoi se démarquer par ses sonorités 8-bits et la stimulation qu’elle en dégage.

 

On a affaire à un cocktail explosif, qui est malheureusement entaché par une durée de vie vraiment moyenne, malgré son gameplay nerveux et jouissif offrant de bonnes montées d’adrénaline.

L'avis général

  • La bande son
  • Le charisme fou des personnages
  • Les armes
  • Le style graphique
  • Le gameplay jouissif...
  • ... mais pas toujours intuitif
  • La durée de vie vraiment moyenne
Une histoire complètement à l'ouest, une bonne B.O, des personnages attachants, le tout combiné à un gameplay innovant et jouissif donne naissance à NOT A HERO qui, bien que loin d'être parfait, offrira une expérience de jeu agréable et de bonnes barres pour un prix très raisonnable !