TEST VIEW
  • Développeur : Electronic Arts
  • Editeur : Electronic Arts
  • Site Web : PAL
  • Version testée : Xbox One
  • Classification :
    Sigle âge 3 ans et plus
    Francaise : 27/10/2019
    Americaine : nc/nc/nc
    Japonaise : nc/nc/nc
  • Existe aussi sur Nintendo Switch et PlayStation 4
  • PEGI :

FIFA 20

Rédigée par


CRITIQUE

FIFA 20


[NOTE] Critique réalisée à partir d’une version presse.

LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT ?

La licence de Juventus Football Club qui devient exclusive chez l’éternel concurrent eFootball Pro Evolution Soccer 2020, un nouveau mode de jeu qui fait son apparition avec le Mode Volta – pour les nostalgiques de FIFA Street – et Eden Hazard qui devient l’égérie officielle sur la jaquette de cette nouvelle itération estampillée FIFA après deux années avec Cristiano Ronaldo. FIFA 20 annonce la couleur. Le changement, c’est pour maintenant, après un FIFA 19 qui en a déçu plus d’un en terme de mécaniques de jeu ?

La Juventus Football Club absente de FIFA 20, une hérésie ?

La Juventus Football Club est absente sur FIFA 20.

La licence FIFA Football a toujours arboré les licences officielles des clubs, maillots, écussons et noms de joueurs, au contraire de la licence des Pro Evolution Soccer. Mais il faut avouer que les temps changent et que si depuis quelques années maintenant PES gagne de plus en plus de terrain sur son rival, cette année risque de laisser des traces. En effet, en modifiant son nom de Pro Evolution Soccer en eFootball Pro Evolution Soccer 2020, le titre de Konami se targue également d’une belle nouveauté, celle de jouir de la licence de la Juventus Football Club. La conséquence pour les possesseurs de FIFA 20 ? L’absence officielle de l’équipe entraînée par Maurizio Sarri sur cette version, qu’il s’agisse du club, de son écusson, de son stade ou de son maillot. Electronic Arts l’avait clairement annoncé il y a de cela quelques mois histoire de confirmer l’annonce de Konami sur leur partenariat avec la Juventus. En lieu et place, on retrouve certes les joueurs composant la Juventus de Turin (les noms officiels des joueurs avec la modélisation de leurs visages) mais avec un nouvel écusson et un nouveau nom de club non-officiel, lui, à savoir le Piemonte Calcio – Piemonte, nom de la région italienne dans laquelle la Juventus est basée.

Le Mode Volta, un réel vent de fraîcheur pour la licence ?

Véritable nouveauté pour la licence, le Mode Volta a créé un réel engouement depuis son annonce. Les nostalgiques de FIFA Street l’attendaient tout comme les nouveaux venus en quête d’un nouveau challenge après le Mode Aventure, durant les trois précédents épisodes, qui avait lui aussi su susciter la découverte.

Vinícius Júnior.

Dès que vous lancez pour la première fois FIFA 20, une introduction débute et vous place dans la peau du joueur du Real Madrid Vinícius Júnior. Se pose alors la question de savoir pourquoi avoir préféré Vinícius Júnior pour incarner le Mode Volta alors que Hazard est estampillé sur la jaquette du jeu. Sûrement pour confirmer le caractère Joga Bonito du Mode Volta (Vinicius étant Brésilien, alors que Hazard est belge). On peut donc effectivement voir Vinicus dans ses œuvres, d’abord durant le match Real Madrid – Ajax Amsterdam, puis, plus tard dans la soirée, dans une rue très animée où des containers décorent l’environnement. Le décor est planté. Plusieurs joueurs anonymes jouent au football en enchaînant des jongles spectaculaires. Notre Vinícius Júnior s’émerveille de voir l’habilité de ces joueurs et n’hésite pas lui aussi à donner de sa personne. Un groupe de joueurs l’interrompt et lui demande s’il veut participer à un match de foot de rue. Le Mode Volta est lancé !

Qu’on se le dise, le Mode Volta de FIFA 20 n’est en aucun cas une renaissance du concept FIFA Street. Et pour cause, une fois la manette entre nos mains, on s’aperçoit que les mécaniques de jeu sont identiques à celles du 11 Vs 11. L’essence même du foot de rue reste authentique : jouer en 3Vs3, 4Vs4 ou 5Vs5 avec un goal volant ne change en rien la différence du jeu. Et c’est là la réelle différence entre FIFA Street et le Mode Volta. FIFA Street misait sur des actions spectaculaires et complètement surréalistes par moments qui s’accompagnaient de gamebreakers à base de petits ponts et de retournés acrobatiques. Le Mode Volta, lui, reste sage, ou plutôt reste dans l’authenticité. Ce qui est gênant par contre c’est que les mécaniques de jeu de ce mode apportent une sensation de vitesse – un terrain plus petit avec moins de joueurs sur ledit terrain pour laisser place aux tricks. Oui… sauf qu’en transposant le modèle du 11Vs11 sur ce mode Volta, on perd ce plaisir de jeu, ces parties endiablées sans temps-mort. On pourrait même prendre plus de plaisir sur un Mario Soccer… c’est pour dire.

Terminé donc ce côté arcade qui faisait le charme de FIFA Street. Volta se veut sobre, parfois trop sobre voire ennuyeux. Une fonction Easy Tricks permet de visualiser et de recopier en partie les gestes techniques de la licence FIFA. Assez plaisant comme fonction afin d’initier les débutants mais aussi celles et ceux qui ne pratiquent que très peu les gestes techniques à foison durant les parties en 11Vs11.

Les environnements sont très bien réalisés.

Toujours dans cette recherche de l’authenticité, aucun joueur officiel n’est présent dans le Mode Volta. Le concept Volta se base sur des joueurs fictifs. D’ailleurs, l’une des premières démarches à réaliser dans ce Mode Volta est la personnalisation de votre avatar. Assez détaillée il faut le souligner puisque vous pouvez créer votre avatar de A à Z – nom, prénom, physique, visage, tenues vestimentaires -. La personnalisation de l’équipe est aussi présente puisqu’en fonction des matchs gagnés, des points seront attribués afin soit de parfaire et d’agrémenter ses tenues vestimentaires soit de recruter des joueurs fictifs ayant de meilleurs compétences que ceux de l’équipe actuelle. De même, un arbre de compétences pour son avatar est présent. De quoi personnaliser son avatar à l’image du joueur que l’on rêve d’être. En contrôlant seul son avatar ou l’équipe entière, vous pouvez parcourir le monde à travers le Volta Tour ou bien débuter le mode histoire… Le mode histoire vous permet de prendre part à l’ascension de l’équipe J10 fondée et entraînée par Jayzinho. Vous débutez avec votre avatar personnalisé et vous vivez au cœur de cette équipe, du premier tournoi synonyme de révélation jusqu’à la confirmation de votre équipe en vivant une belle aventure à travers le monde entier. Le Mode Histoire, à l’instar des aventures d’Alex Hunter – [SPOIL] que vous allez rencontrer dans le mode histoire de Volta – est bien ficelé et offre une réelle immersion. Rien de transcendant dans le déroulement de l’histoire mais assez prenant pour peu que l’on s’y investisse.

Le concept Volta ne crée aucune rupture avec le jeu FIFA, il ne fait que copier sa mécanique de jeu dans un décorum de foot de rue en lui incorporant une dose de personnalisation dans le recrutement de ses coéquipiers et de son avatar. Un beau contenant mais sans nouveau contenu.

Un mode Carrière de plus en plus détaillé

Un large choix pour la création du manager.

Outre l’apport du Mode Volta, FIFA 20 voit son mode Carrière remanié. Plus profond que les versions précédentes, il se rapproche de ce que l’on peu trouver dans Football Manager. Le copiant mais n’apportant  aucune réelle nouveauté. Le Mode Carrière permet aux joueurs de diriger l’avenir de leur club avec de nouvelles fonctionnalités. Et ces nouvelles fonctionnalités sont les bienvenues et renouvellent l’expérience du Mode Carrière qui en avait bien besoin. Vous pourrez donc créer et personnaliser votre manager.

Enfin !! La création du manager est donc une petite nouveauté. Vous pourrez donc modifier sa silhouette, ses vêtements… et choisir entre un manager féminin ou masculin. Mais c’est surtout dans l’apport psychologique que le rôle du manager prend tout son sens.

Vous pourrez ainsi influencer le moral et de facto les performances de votre équipe. Comment ? Par les conférences de presse qui sont interactives, l’apport des changements durant les matchs à des moments clés, la rotation des joueurs dans l’équipe et, bien sûr, les discussions entre manager et joueur(s), histoire d’insuffler une dose de management. Le rôle du manager peut influer directement sur les notes générales des joueurs avec le Potentiel Joueur Dynamique. Autrement dit, plus le joueur joue et plus son potentiel augmente. Synonyme de la confiance du manager pour son joueur. Ingénieux mais perfectible puisque le rôle du manager apporte des idées nouvelles pour la licence FIFA mais sans aller en profondeur comme c’est le cas avec Football Manager.

Un FIFA 18 V2 en terme de mécaniques de jeu ?

Le réalisme des stades… rien à dire, c’est classe !

Oui, la question se pose naturellement. Avec l’arrivée du Mode Volta et le réajustement de la formule du Mode Carrière rendant celle-ci plus réaliste, qu’en est-il du cœur du jeu à savoir les mécaniques de jeu, autrement dit le gameplay ? Là ou le concurrent sait parler à ses consommateurs en rendant son expérience de plus en plus gratifiante en terme de simulation, FIFA lui, ne prend pas risque… pire, il stagne. On peut donc allègrement mentionner ce FIFA 20 comme un FIFA 18 V2 en terme de gameplay. Alors certes c’est toujours aussi fluide dans les animations mais ce que nous a promis Electronic Arts sur la refonte du gameplay n’est que dans le cahier des charges. Manette en main, on retrouve toujours les mêmes errances et cette même perfectibilité. Le jeu fait ainsi la part belle à l’attaque. La vitesse de jeu converge vers une attaque – défense. La place à la construction du jeu n’existe plus voire pas du tout sur certains matchs (les matchs en ligne FUT en sont le parfait exemple). L’idée même de vouloir construire son jeu en alternant gestion du temps fort et du temps faible sera mise en place durant les premiers matchs en Mode Carrière et en ligne. Mais après, on sautera le milieu pour ne s’afférer qu’à l’attaque. Plus facile et surtout moins construit, FIFA 20 rend possible ce football champagne par son script toujours et éternellement présent.

Bon, il est vrai que le cahier des charges est respecté sur différents points. Electronic Arts étant à l’écoute de ses clients et en ayant entendu et écouté les critiques concernant FIFA 19. La physique de la balle a été corrigée. Terminé le ballon en mode volley-ball qui s’envoyait en l’air à la moindre occasion. Que ce soit dans les airs – lors de centres, des dégagements et des coups de pied arrêtés – ou au sol, la physique de la balle colle de plus en plus avec celle de la réalité. Cette physique de la balle se retrouve aussi dans la trajectoires des tirs et surtout dans les ballons brossés. On prendra ainsi plaisir à brosser sa balle, ou à la frapper de l’extérieur, rendant sa trajectoire imprécise pour les gardiens. La petite nouveauté à souligner provient de la refonte des coups de pied arrêtés.

Un  système de visée est disponible et il est représenté par un réticule. On peut ainsi déplacer ledit réticule jusqu’à la dernière seconde de la course d’élan. Il faut bien synchroniser sa frappe. Dans le cadre d’un coup-franc, le joueur devra choisir parmi l’une des trois positions prédéfinies avant de doser la puissance du tir. La trajectoire du tir est elle aussi à déterminer via un effet en déplaçant le stick droit. Assez intuitif et diablement précis, ce nouveau système pourra en rebuter certains, notamment ceux qui avaient l’habitude de commandes classiques. Pour apporter un challenge, on peut utiliser la finition synchronisée durant les coups de pied arrêts rendant la frappe quasiment imparable mais augmentant drastiquement le risque de tir à côté ou de voir sa balle s’envoler dans les airs.

 

J’achète FIFA 20 ? Je reste sur FIFA 19 ? Je vais chez la concurrence ?

Déçu(e) par FIFA 19 ? FIFA 20 corrige le tir et gomme les défauts de son prédécesseur.

Envie d’une réelle simulation ? Allez du côté de eFootball Pro Evolution Soccer 2020 avec ses qualités – mécaniques de jeu et refonte de la Ligue des Masters – comme ses défauts – licences et mode en ligne.

Envie de jouer entre potes sans prise de tête avec du football champagne tout en profitant des licences officielles – hors Juventus Football – et de l’ambiance des stades ? Préférez FIFA 20 ! 

L'avis général

  • Un Mode Volta qui apporte un vent de fraîcheur...
  • Un Mode Carrière développant le rôle du manager
  • Un Mode FUT complet et ergonomique
  • Le retour de la passe appuyée !
  • Une refonte bienvenue des coups de pied arrêtés
  • ... mais qui copie les mécaniques de jeu de FIFA 20
  • La Juventus Football Club absente !
  • FIFA 20 priviligie l'attaque au détriment de la défense
  • FIFA 20 tutoie de plus en plus l'arcade
  • eFootball Pro Evolution Soccer 2020...
FIFA 20 apporte une réelle nouveauté avec l'arrivée du Mode Volta attendu par de nombreux joueurs. Si l'expérience se veut nouvelle, elle ne crée cependant aucune rupture avec les mécaniques de jeu de FIFA 20. Un beau contenant mais sans nouveau contenu. Et c'est bien là le problème avec cette nouvelle itération. Le cœur du jeu à savoir le gameplay ne se renouvelle pas. Le Mode Carrière rend l'expérience plus immersive avec l'ajout du rôle du manager, et le Mode FUT, toujours aussi complet et passionnant, se dote d'une interface beaucoup plus ergonomique. Mais que les fans se rassurent, FIFA 20 fait beaucoup mieux que FIFA 19... mais cette année, c'est du côté de efootball Pro Evolution Soccer 2020 qu'il faudra se pencher si vous recherchez un gameplay exigeant et réaliste. Le changement n'est pas encore pour maintenant mais c'est en bonne voie.