TEST VIEW
  • Développeur : Square Enix
  • Editeur : Square Enix
  • Site Web : PAL
  • Version testée : 3DS
  • Classification :
    Sigle âge 12 ans et plus
    Francaise : 20/07/2012
    Americaine : 31/07/2012
    Japonaise : 29/03/2012
  • Exclusivitée
  • PEGI :
    Violence : jeu contenant des scènes de violentesGrossièreté de langage : jeu contenant des expressions vulgaires

Kingdom Hearts : Dream Drop Distance

Rédigée par

Pour introduire le prochain jeu de la série Kingdom Hearts (c’est à dire Kingdom Hearts 3), Square Enix et Disney Interactive auraient pu simplement faire une vidéo… mais elle aurait duré des heures. ils ont alors décidé d’en faire un jeu, et contre toute attente, celui-ci est aujourd’hui comparé au meilleur épisode de la série : Birth by Sleep sorti sur PSP. La 3DS était-il le choix approprié pour cette introduction à KH3 qui viendra sûrement clore ce chapitre de la grande saga des Kingdom Hearts (8 jeux pour un chapitre quand même) ? Réponse dans cette critique.

 

L’histoire pour ceux qui n’auraient pas suivi

 

Les personnages principaux de Kingdom Hearts I

Kingdom Hearts c’est une série composée aujourd’hui de 7 titres principaux, quelques reprises et des centaines d’heures de jeu qui ne forment qu’une partie de l’immense univers qui gamberge dans l’esprit de Tetsuya Nomura qui crée maintenant depuis plus de dix ans l’incroyable univers de Kingdom Hearts. Autant vous dire que si vous voulez tout comprendre, filez tout de suite trouver la chronologie de la série, jouez au jeux précédents et finissez par lire cette critique. Comme on est sympa, les débutants et non-initiés de la saga peuvent aussi lire ce petit résumé :

 

Sora, Riku et Kairi sont trois enfants coincés sur l’Île du Destin et menant une vie paisible faite de rêves et de jeu, jusqu’au jour où un certain Ansem et son armée de sans cœur viennent semer le trouble. Ils kidnappent Kairi, l’une des princesse de cœur, qui grâce au Kingdom Hearts ouvrira la porte des ténèbres et permettra à Ansem de prendre le contrôle total de tous les mondes. Sora est alors affublé d’un pouvoir spécial, la Keyblade lui permettant de verrouiller les ténèbres de chaque monde. Riku quant à lui cherche, après s’être abandonné aux ténèbres, à les combattre comme il peut. Après avoir défait Ansem, Sora ferme la porte des ténèbres mais laisse son ami Riku et le roi Mickey de l’autre côté. Riku apprend alors à maîtriser les ténèbres en lui grâce au roi

L’équipe s’agrandit dans Kingdom Hearts II

Mickey, et Sora combat des sans cœur bourrés aux anabolisants et nourris aux OGM : Les simili. C’est à la suite d’un combat sans précédent entre Sora et Riku d’un côté et Xenmas de l’autre (qui souhaite ouvrir la porte des ténèbres grâce au Kingdom Hearts et enfin retrouver son cœur) que les deux héros se retrouvent bloqués dans la marge noire, sorte de frontière infranchissable entre la lumière et les ténèbres. Ils parviennent tout de même à en sortir et reviennent chez eux sur l’Île du Destin. Il reçoivent alors un bien étrange message de la part du roi Mickey…
L’histoire de Dream Drop Distance commence après la fin de Kingdom Hearts II. On apprend que Xehanort prépare quelque chose, ce qui inquiète Maître Yen Sid et Maître Mickey. Il devient crucial pour nos héros Sora et Riku de passer l’examen qui fera d’eux de véritables maîtres de la Keyblade.

 

L’examen du symbole de maîtrise

 

Cet examen consiste à réveiller les mondes endormis (qui ont été plongés dans un sommeil profond mais pas encore débarrassés des ténèbres). Sora et Riku vont donc plonger dans ces rêves (un délire à la Inception pour ceux qui l’ont vu) et être aidés par des créatures nommées avale-rêves pour être reconnus comme de véritables Maîtres de la Keyblade. En gros, le jeu consistera à rencontrer des gens, taper des monstres et puis taper un plus gros monstre que les autres pour débloquer le monde suivant, le tout aidé par des bestioles plutôt exotiques (sérieusement, vous connaissez beaucoup de bestioles de toutes les couleurs ?). Bref, ne cherchez pas de la nouveauté dans le moyen d’avancer, cherchez plutôt (« Pluto c’est le chien de Mickey, l’ami de Mickey c’est Dingo« ) dans les cinématiques qui nous offrent la suite de l’immense scénario de Kingdom Hearts (un peu comme dans Metal Gear Solid ou il y a quasiment autant de phases de cinématiques que de jeu).

 

Un jeu plus nerveux que d’habitude

 

Après quelques tourbillons, la caméra est à la ramasse

Niveau gameplay on est encore une fois servi. Fort de son expérience dans l’action-RPG (et de dix ans de Kingdom Hearts), Square Enix nous fait ici un gameplay simplement excellent. Tout y est : le menu est simple et complet, le personnage est fluide, les techniques et les sorts sont plutôt sympathiques. Cet opus à aussi son lot de nouveautés : fluidité, altération du réel, avale-rêves, système de Drop, …
Commençons par la fluidité : cette technique permet de faire des choses assez impressionnantes allant d’un simple déplacement jusqu’à un coup dévastateur en combat. Ces coups sont certes impressionnants (déplacement quasi instantané vers l’ennemi, attaque en piqué avec onde de choc, attaque en vrille, …) et permettent un gameplay aussi nerveux, voire plus, que celui de Birth By Sleep, mais on détecte là (tout comme dans BBS) le problème récurrent de la série : la caméra. Malheureusement, ce problème est encore présent dans cet opus et peut vraiment décourager les novices de la série, notamment lors des combats. On peut tout de même « corriger » ce défaut grâce au bouton de lock de la caméra (qui permet de fixer la caméra vers un ennemi).

 

L’altération du réel est indispensable pour avancer

 

L’altération du réel est une technique qui permet parfois de changer le cours d’un combat, mais surtout qui est propre à chaque monde. Ainsi, lorsque vous combattrez dans le monde des trois mousquetaires, vous pourrez mettre une dérouillée en BD à vos ennemis, alors que dans la cité des cloches vous pourrez filer d’ennemi en ennemi sans leur laisser le temps de réfléchir.

 

De nouveaux alliés

 

Le système de Drop fait son apparition et avec lui son lot d’ennuis. Le Drop est un système qui vous fait automatiquement basculer d’un personnage à l’autre sans vous demander votre avis. Ce qui veut dire que si vous êtes en train de combattre un boss féroce contre lequel vous avez déjà souvent perdu, cette fois sa barre de vie est presque vide. Il ne reste qu’un coup à lui mettre et le drop vous switche et on passe à l’autre personnage… et il faut recommencer le boss… Bref, le Drop n’est pas la meilleure invention dans Kingdom Hearts, mais plutôt une bonne solution pour vous faire dépenser vos Munnies en potions retardant ce fameux Drop.

Prenez bien soin de cette étrange créature

Il y a un point commun entre les deux personnages : les avale-rêves. Vous les gardez d’un personnage à l’autre ce qui permet d’avoir sensiblement les mêmes techniques d’un personnage à l’autre. En effet, c’est en montant les niveaux de ces créatures multicolores que vous pourrez débloquer différentes compétences et sorts qui permettront à votre personnage de briller lors des combats. Bien plus personnalisables que Donald et Dingo (dont ils prennent la place), les avale-rêves ont cet avantage de briller par leur flexibilité et leur possibilité de faire des créatures de très haut niveau en les créant grâce aux recettes adéquates (car on crée ces créatures en associant différents matériaux oniriques) et en s’en occupant comme il faut.

 

Des graphismes 3D utiles ?

 

La scène d’introduction est sublime en 3D

Oui et non. En effet, cela permet d’atteindre des graphismes époustouflants pour une portable (au moins dignes de sa concurrente directe la PSP, si ce n’est supérieurs). Cependant, pour les possesseurs de la première heure de la 3DS, la 3D finit par déranger (c’est bien plus supportable sur 3DS XL) on repasse alors vite en 2D mais on garde tout de même des visuels de très bon niveau. La scène d’introduction, ainsi que celles de fin et de fin secrète, nous en mettent plein les mirettes et s’il y a des moments où il faut mettre la 3D c’est bien à ces moments-là !

 

Conclusion

 

Dream Drop Distance est Un Kingdom Hearts de haute volée, un jeu vraiment agréable à jouer. Que vous soyez novice ou expert de la série, vous apprécierez la qualité graphique du titre (qui n’était pas toujours au rendez-vous sur les portables de Nintendo), la profondeur du scénario (même si pour les novices nous conseillons au moins de visiter le wiki du jeu), la richesse du gameplay que ce soit dans le maniement des personnages ou dans le dressage des avale-rêves, et une expérience de jeu exceptionnelle malgré les problèmes de caméra dont on s’accommode très vite, le tout sur une portable de Nintendo qui semble être la console parfaite pour placer les révélations que cet épisode apporte. Voilà le défi pourtant difficile que Kingdom Hearts Dream Drop Distance relève avec brio.

L'avis général

  • Le gameplay encore enrichi dans cet opus
  • Le scénario brillamment mis en scène
  • Les graphismes dans le jeu enfin à niveau sur portable de Nintendo
  • L'incroyable qualité graphique des scènes d'introduction et de fin en 3D
  • La gestion de la caméra pour le passage en "fluidité" et en combat en général
On s'attendait à un épisode comme les autres sortis sur DS : un titre sympa, avec un gameplay qui fait mouche et un scénario qui vient enrichir le background de la série mais sans prendre une part essentielle dans l'histoire. Finalement, KH Dream Drop Distance crée la surprise en faisant office de suite directe au titre PS2 Kingdom Hearts II. Tout comme Chain of Memories sur Game Boy Advance à l'époque (qui faisait le lien entre KH I et KH II), Dream Drop Distance nous emmène de surprises en surprises et finit par nous séduire au point d'être l'un des meilleurs épisodes de la série.