DanteHéros de la série Devil May Cry.

Rédigé par
Dante est le protagoniste principal de la série Devil May Cry. Il a été créé par Hideki Kamiya en 2000, à l’occasion de la sortie du premier opus de la série, qui paraitra un an plus tard. Figure emblématique de l’univers vidéoludique, il s’affiche comme un des héros les plus connus du grand public, et encore plus dans le type des « Beat’em All », où il revêt le statut d’icône suprême en la matière.
La description détaillée ci-dessous peut comporter du spoil.

IL ÉTAIT UNE FOIS UN DÉMON QUI CHASSAIT D’AUTRES DÉMONS…

Victoire expéditive. Trish semble plutôt exaspérée par un tel niveau de puissance.

Dante n’est pas un démon comme les autres… En fait, c’est même une moitié de démon : il est le fils d’une humaine, Eva, et d’un démon légendaire, Sparda. Cette double ascendance lui donne la particularité d’avoir une apparence humaine, mais de posséder des pouvoirs démoniaques. En d’autres termes, c’est un «hybrid», ou « néphilim » dans le reboot de la série, DmC : Devil May Cry, développé par Ninja Theory, où Dante sera ici mi-ange mi-démon. La nature particulière de Dante s’illustre jusqu’à sa profession : il est chasseur de démons. Pour accomplir son job, il dispose d’un arsenal à son image, puisqu’il dispose d’armes aussi redoutables que déjantées, allant de ses deux fidèles pistolets Ebony & Ivory, qui le suivront durant l’ensemble des épisodes de la licence, à sa moto, Cavaliere, nouvelle arme fraîchement utilisée par Dante dans l’épisode le plus récent de la série, le cinquième du nom. Caché derrière une attitude désintéressée et un titre de «chasseur de primes» peu valorisant, Dante est en réalité conscient des dangers que représentent les démons et met tout en œuvre pour lutter contre eux.  Il est profondément investi dans sa tâche et ne recule devant rien pour protéger le monde des humains.

Comme dit plus haut, Dante est né d’une union exceptionnelle entre deux êtres de natures opposées, mais, ironie du sort, cela ne suffira pas à faire de Dante un personnage unique puisque son parfait homologue naitra en même temps que lui : son frère jumeau, Virgil. La mère des jumeaux, Eva, a été tuée lors d’une attaque de démons commanditée par Mundus, le roi des démons : elle dira à Dante de se cacher, et on ne saura que plus tard que son frère Vergil a lui aussi survécu. Dante et son frère entretiennent une relation particulière, entre haine et amour fraternel évident, un amour qui n’est jamais exprimé, mais dont on comprend l’existence au fil des épisodes, malgré une rivalité qui ne cesse d’exister. Dans le premier Devil May Cry, Dante rencontre Trish, un personnage qui sera récurrent dans toute la saga. Il entretient une relation privilégiée avec elle, et pour cause : elle est un démon créé par Mundus à l’image d’Eva, la mère de Dante. Au fil des épisodes, elle deviendra la partenaire de Dante dans sa chasse aux démons. L’autre partenaire de Dante est Lady (et oui, il sait bien s’entourer notre Dante…), une humaine qu’il rencontre durant le troisième opus dans le Temen-ni-Gru, immense tour qui a permis dans le passé de sceller les démons dans le «monde inférieur». Enfin, dans Devil May Cry 4, Dante fait la rencontre de Nero, dont on apprendra plus tard qu’il est le fils de Vergil. Si la première rencontre avec « tonton » ne se passe pas très bien, ils se lieront d’amitié au fil de l’aventure, Dante semblant d’ailleurs très attaché à son neveu, n’hésitant pas à se «sacrifier» pour lui au début du cinquième opus. Finalement, Dante est une personne aimante et aimée, dans un univers où l’amour se manifeste bien plus par les actes que par la parole. De nombreuses fois, Dante prouvera son engagement envers ceux qu’il aime, des personnes qui semblent d’ailleurs aussi fascinées qu’agacées par ce démon, dont chacune connait la puissance mais déplore en même temps ce côté enfantin qui lui nuit parfois.

ÇA RESSEMBLE À QUOI UN HYBRIDE ?

Physiquement, Dante ressemble à un humain et n’a aucun trait démoniaque dans cette forme. Son design est inspiré de plusieurs personnages, soit fictifs, soit réels, que Hideki Kamiya a révélés lors d’une interview : on peut citer ici Cobra de la série animée japonaise Space Adventure Cobra et le bassiste du groupe Duran Duran, John Taylor, qui a inspiré le visage de Dante. Vestimentairement, le personnage adopte un look atypique dans l’ensemble des opus, à l’image de son caractère : à titre d’exemple, il porte dans le dernier épisode de la série des bottes rouges et sombres, un long manteau rouge à deux queues, une chemise sombre et un pantalon noir, avec des gants qui laissent dépasser ses doigts et une ceinture noire et or. Le style est à peu de choses près identique dans tous les jeux, à l’exception de Devil May Cry 3 où son style est beaucoup plus désinvolte, ce qui est logique puisque Dante évolue dans sa version la plus jeune dans cet opus : il laisse notamment apparaître son torse, qui est parfaitement tracé et développé.

L’évolution de Dante à travers la série. On remarque assez facilement la permanence de cette couleur rouge-sang sur ses vêtements.

Il convient aussi de s’attarder sur l’autre – et non le moindre – aspect physique de Dante : celui de sa forme démoniaque. Celle-ci est marquée par une certaine originalité, la conception d’un démon d’Hideki Kamiya est très intéressante du fait qu’elle se démarque de la « conception originale » des démons. En fait, Dante possède deux formes démoniaques, elles correspondent à un ordre de puissance et à un ordre d’humanité, plus il tend à exploiter ses pouvoirs démoniaques, plus son aspect s’éloigne de celui d’un humain. Ainsi, dans sa première forme, celle en « Devil Trigger », il garde un aspect humanoïde, il revêt des couleurs rouges et sombres, qui s’apparentent à des braises. Si l’on s’attarde sur son aspect « Devil Trigger » de Devil May Cry 5, on peut presque parler d’un aspect «draconique».Le dernier aspect démoniaque de Dante apparaît dans Devil May Cry 2 et Devil May Cry 5, sous les appellations respectives de « Majin » et de « Sin Devil Trigger ». Sous cet aspect, bien qu’il garde une forme humanoïde, il n’a plus aucun trait humain, son corps semble rempli de magma en ébullition et il possède des ailes. Au niveau des couleurs, elles sont toujours rouge et noire. Pour l’anecdote : sous cette forme, la puissance de Dante est comparable à celle de son père Sparda, voir supérieure.

L’ENFANT TERRIBLE, LE SAUVEUR DE L’HUMANITÉ.

Dante est un personnage qu’il est parfois difficile de cerner, tant il peut être ambivalent. En réalité, derrière ses airs désinvoltes, il s’investit pleinement dans sa mission, l’assassinat de sa mère par des démons l’a tellement marqué qu’il est aujourd’hui prêt à tout pour en finir avec eux. Il accepte sa part démoniaque en tant qu’arme, et n’affectionne en rien ses semblables, les démons. Dès Devil May Cry 3 (qui est le premier opus dans la chronologie des jeux), Dante affiche sa légendaire attitude qui a fait de lui un personnage si populaire de l’univers vidéoludique : il est moqueur, complètement désinvolte, n’hésite pas à provoquer ses ennemis et à les prendre de haut, tout cela étant soupoudré d’un style au combat indéniable et d’un humour bien dosé.

Dante reçoit une nouvelle arme : Dr.Faust. Pour l’occasion, il réalise une danse inspirée du célèbre Michael Jackson. Pour précision, l’ennemi principal du jeu est toujours en vie à ce moment là…

Au fil du temps, Dante gardera cet état d’esprit, qui fait partie intégrante de sa nature. Cependant, il sait se montrer sérieux, déterminé et lucide quand les situations l’exigent, notamment lorsque des menaces plus dangereuses qu’à l’accoutumée apparaissent, ou quand il s’agit de protéger les gens qu’il affectionne. Dans Devil May Cry 2, le dernier opus de la chronologie, Dante affiche beaucoup moins ce caractère parfois enfantin, ce qui aura pour conséquence de faire de cet opus la « bête noire » de la licence. Mais cela soulève aussi un grand nombre de théories sur les raisons qui auraient pu rendre Dante ainsi. Le personnage a su se faire une place dans le cœur des joueurs au fil du temps grâce à un savant mélange entre style et humour décalé.  

DANTE, PLUS QU’UNE SIMPLE RÉFÉRENCE : UNE ICÔNE.

Dante portant sur son dos Patty Royal, une fillette orpheline qui reste la majorité du temps au bureau de Dante. Il nouera avec elle une relation particulière au cours de son aventure.

Dante est devenu, et plutôt rapidement, une icône de la pop culture. Sa popularité au sein de l’univers vidéoludique s’incarne notamment à travers son apparition dans d’autres jeux vidéo. Parmi les plus populaires, on peut citer les trois derniers épisodes de Marvel vs Capcom, ou encore dans Playstation All-Stars Battle Royal. Aujourd’hui, il est l’une des figures de proue de la firme japonaise Capcom, et les sorties des nouveaux jeux de la licence Devil May Cry sont toujours un évènement extrêmement attendu par les fans.

Preuve de la popularité de Dante : la création d’une série animée sur Devil May Cry, diffusée en 2007 au Japon puis en 2009 en France (et qui reprendra le même nom que la série des jeux vidéo). Cet animé, de douze épisodes, correspondait aux évènements situés entre Devil May Cry 1 et Devil May Cry 2, mais le caractère canon de celui-ci est sujet à débat parmi les fans, Capcom restant très flou à ce sujet. Quoi qu’il en soit, la série a bénéficié d’une attention soignée et d’une animation léchée, et elle représente pour les fans l’opportunité d’observer Dante sous un autre jour, tout en permettant d’approfondir l’univers et le caractère du personnage. On découvre grâce à cette série une facette qui n’est pas du tout exploitée dans la série, par le prisme d’une relation que noue Dante avec une jeune fille orpheline, qui permet de souligner de manière plus juste le caractère très humain de Dante. Cependant, elle n’innove pas forcément et cherche à contenter les fans de la première heure, puisque tous les codes qui ont fait le succès de Dante dans les jeux sont repris et exacerbés pour le plus grand bonheur des joueurs.

Si Dante est aujourd’hui si populaire dans l’univers du jeu vidéo, et plus généralement dans la pop culture, c’est aussi (et surtout) parce qu’il a incarné dès ses débuts le renouveau du genre Beat Them All, et plus particulièrement celui de type « duel ». Il cristallise tous les codes du genre, et plus spécifiquement celui du héros charismatique et puissant, capable de vaincre l’ensemble des ennemis. Le personnage colle logiquement à ces stéréotypes puisqu’il est le véritable précurseur de cette tendance, et on touche à nouveau à un point qui a fait le succès du personnage chez les joueurs : lorsqu’ils incarnent Dante, ils doivent réussir les figures et les enchaînements les plus techniques pour augmenter leur score, et cette facette du gameplay se retrouve à travers la nature du personnage, pensé et conçu pour correspondre à cette philosophie de jeu.