Shenmue 3 : quand le Phoenix renait de ses cendresSans tabou

Rédigé par

SANS TABOU                     Shenmue 3 : quand le Phoenix renaît de ses cendres


Je vais ici évoquer une franchise vidéo-ludique n’ayant pas rencontré le succès escompté. Un malheur n’arrivant jamais seul, il est également connu comme étant celui qui précipita la fin de sa plateforme d’accueil et signa la fin d’une ère dans le monde du jeu vidéo… Shenmue est bien malgré lui identifiable par ces mots et son troisième chapitre génère bon nombre de critiques alors que son retour sur le devant de la scène (19 ans après) relève du miracle ! Présentation et tentative d’explications d’une légende du jeu vidéo revenue d’entre les morts…

« And thus the saga…begins »

Elle ne croyait pas si bien dire…

Avant de pouvoir émettre un jugement sur la qualité de ce nouvel opus, il est primordial de s’intéresser au préalable aux épisodes d’origine.

Les deux premiers Shenmue avaient réussi le tour de force de marquer ceux qui s’y sont aventurés, à travers ses qualités techniques (graphismes encore jamais vus à l’époque, possibilité d’interagir avec les PNJ qu’on rencontre, notion du temps et du climat via le « Magic Weather »…) et sa narration. C’est peu dire que l’arrivée, notamment du premier Shenmue, fut impactante à son époque ! L’effervescence autour de son troisième opus s’explique aussi par la simple et bonne raison que la saga n’est pas terminée ! Imaginez-vous à l’arrêt d’une belle épopée depuis… 15 ans (au moment de l’officialisation du troisième épisode à l’E3 2015) ! Vous pouvez imaginer la réjouissance que cette annonce a pu procurer !

Il est donc nécessaire d’avoir connaissance (ou au minima conscience) de ce qu’est Shenmue avant de juger Shenmue 3.

Pourquoi si peu de recul ?

Moi quand je repense à la déferlante médiatique.

Émettre un jugement sur ce nouvel opus sans avoir connu les épisodes précédents dans le contexte de l’époque peut donc s’avérer contre-productif. Par ailleurs, Yu SUZUKI (qui est à l’origine de Shenmue) et son équipe au sein de sa société YS Net n’ont pas été exempts de tout reproche ! En effet, depuis le démarrage de la campagne de communication – agrémentée notamment de trailers – Shenmue 3 a été la cible de nombreuses critiques (les nombreux reports n’aidant pas). Il est vrai que techniquement le jeu est très loin de pousser l’Unreal Engine dans ses derniers retranchements (un moteur graphique très prisé et utilisé entre autres pour… FF7 Remake). C’est surtout l’animation faciale qui a subi des moqueries depuis le fameux trailer diffusé à la Gamescom 2017 sous l’impulsion de l’éditeur Deep Silver (Shibuya Productions qui produit le jeu a volontairement renoncé à être crédité sur cette vidéo). Cependant, il faut rappeler que le jeu n’est pas un AAA (ce qu’on appelle dans le jargon un jeu au plus haut rang en terme de budget) et qu’il faut donc en avoir conscience. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le budget de Shenmue 1 était d’environ 47 millions de dollars alors que la campagne de financement sur Kickstarter pour Shenmue 3 a collecté un peu plus de… 6 millions de dollars. Il est également bon de préciser que c’est la première fois que Shibuya production (qui a d’ailleurs été fondé en 2014, soit un an avant que Shenmue 3 soit officialisé) se retrouve à la production d’un jeu vidéo de cet ampleur ; ce qui est à prendre en considération.

La première session de Gameplay aura donc eu lieu lors de l’E3 2019 et c’est peu dire qu’elle n’a pas été accueillie sous les meilleurs auspices. Mais ce n’est pas pour autant que cela découragea votre rédacteur présent sur place…

« Let’s get sweaty! »

Votre envoyé spécial à l’E3 fut conquis !

« Désastre », « anachronique » … Ces mots tirés de reviews de la presse spécialisée au sujet de la démo durant l’E3 2019 ne font pas écho avec l’impression ressentie, l’ayant pourtant eu manette en main dans les mêmes conditions que ces testeurs. Comment se fait-il qu’il y ait un décalage si important entre leurs appréciations et la mienne ? Selon moi, tout simplement car deux éléments cités plus tôt sont occultés : le retour d’expérience des deux Shenmue précédents et la prise de conscience quant à la conjoncture autour du Shenmue 3 (financement participatif et non jeu AAA). Pour ma part, ce qui m’avait définitivement conquis c’est que j’avais immédiatement retrouvé mes sensations d’antan ! La « rigidité » du personnage qui était par ailleurs à l’époque pointée du doigt est toujours présente ici mais moins poussée.

Résultat : on a véritablement la sensation de reprendre en main une partie qui s’était interrompue sans que ce soit pour autant déplaisant, bien au contraire. Par contre, il est évident que cette « sensation » ne plaira pas à un joueur n’ayant jamais déambulé dans Yokosuka ou Hong Kong dans les épisodes précédents.

Egalement le contexte de la démo. Elle démarre au village Bailu (Chine) et Ryo a pour objectif de retrouver et terrasser un personnage balafré. Encore une fois, se retrouver dans cette situation avec si peu d’informations peut entacher l’expérience de jeu pour un joueur lambda. Par contre, pour les fidèles, c’est tout bonnement un bonheur (voir un soulagement) de se retrouver dans pareille situation après tant d’années d’attente (et de désillusion) !

En conclusion Shenmue 3 s’adressera à un public de niche (voire des adeptes) ce qui peut interroger si l’on observe le phénomène de loin ou qu’on s’y atèle sans avoir accompagné au préalable Ryo sur les opus précédents. Il est aussi nécessaire de prendre conscience que ce nouvel épisode, bien que très médiatisé, n’a pas le budget et les ressources humaines d’un blockbuster. Tout est donc réuni pour en conclure qu’il n’est pas à mettre entre toutes les mains.

Je ne peux que recommander aux plus curieux de s’attarder sur les deux premiers volets pour s’imprégner du scénario avant de s’intéresser à Shenmue 3, tout en faisant l’impasse sur ses carences techniques. Car la raison même de ce nouveau volet repose fortement sur son aspect scénaristique (contrairement aux deux précédents Shenmue) et il suffit de voir les fans s’enthousiasmer pour s’en rendre compte, quitte à en déconcerter certains… D’ailleurs, quoi de mieux pour conclure que des réactions de backers ayant testé sur PC la démo exclusive Kickstarter sortie le 27 septembre dernier ?

A moins de deux mois avant la sortie, les backers ont l’air conquis et pour reprendre les mots d’un des twittos cité « c’est bien le principal ».