ZeldaPrincesse d'Hyrule

Zelda est un personnage très populaire de l'univers Nintendo. Depuis le premier épisode de la série The Legend of Zelda en 1986, elle n'a cessé de protéger la Triforce et le royaume d'Hyrule : c'est une résistante aux forces du Mal. D'abord discrète, Zelda a connu une nette évolution justifiant à présent le fait qu'elle ait donné son nom à la saga, au détriment de son héros Link.
La description détaillée ci-dessous risque de comporter du spoil, survolez-la pour afficher le texte.

Zelda, héritière royale et divine

zelda-contenu03

Zelda dans le premier manuel de A Link to the Past, troisième et inoubliable jeu de la saga.

Zelda fait sa première apparition dans le premier opus de la série The Legend of Zelda. Étant l’une des protagonistes de la licence, elle apparaît dans tous les titres de la série même s’il ne s’agit que de flashback (Majora’s Mask), de l’évocation de son nom (Link’s Awakening) ou d’alter-ego (Tri Force Heroes). Figure mythique dans l’univers de Nintendo, elle se retrouve également dans les jeux non canoniques (Zelda’s Adventure, Link : The Faces of Evil), les spin-off (Hyrule Warriors) ainsi que dans la série des Super Smash Bros.

La princesse Zelda hérite de nombreux titres honorifiques : Princesse de la Destinée, Chef des Sages, Septième Sage, Esprit de la Vierge, etc. Mais elle est surtout connue en tant que Princesse d’Hyrule. Zelda a le privilège de donner son nom à l’une des plus grandes séries de Nintendo. Et pourtant, ce n’est pas elle que le joueur incarne mais un jeune garçon tout vêtu de vert : Link. Ce dernier a d’ailleurs bien souvent été confondu avec l’héritière hylienne par le grand public tant le titre Zelda est mondialement connu.

Son nom, elle le doit à l’épouse de l’écrivain Francis Scott Fitzgerald comme l’explique son principal créateur Shigeru Miyamoto, dans une interview :

Zelda était le nom de la femme du célèbre romancier Francis Scott Fitzgerald. C’était une femme célèbre et magnifique en tout point, et j’aimais bien le son de son nom. Donc j’ai pris la liberté d’utiliser son nom pour le tout premier jeu Zelda.

In the Game : Nintendo’s Shigeru Miyamoto, par Todd Mowatt.

En plus de l’hommage et de la sonorité, Zelda a une signification en yiddish qui se trouve être en parfaite adéquation avec le personnage du jeu Nintendo. Celui-ci évoque la chance mais surtout le domaine du sacré et de la sainteté. En effet, la princesse incarne les symboles forts de la sagesse et de la spiritualité ; détentrice de la Sagesse, fragment de la Triforce, elle possède la seule valeur spirituelle du pouvoir. Dans les veines de Zelda et ses héritières coule le sang divin. La toute première d’entre elles, celle qui apparaît dans Skyward Sword et qui n’est pas une princesse, est en réalité l’incarnation mortelle de la déesse Hylia descendue sur Terre pour battre l’Avatar du Néant. De plus, en recevant la Triforce, elle s’imprègne également de la déesse de la Sagesse Nayru.

Les descendantes de la première Zelda sont toutes héritières du royaume d’Hyrule et conservent des pouvoirs mystiques ainsi qu’une grande sagesse. Ce nom est donné à toutes les jeunes princesses d’Hyrule et ce sur plusieurs générations, en souvenir de la première et de son importance dans l’Histoire. Il s’agit d’un héritage non dénué de sens car les Zelda ont la responsabilité d’assumer leur rôle et destinée : protéger les peuples de la menace du Mal.

Portrait d’une princesse

Le style Ocarina of Time

Zelda version Ocarina of Time

Il est nécessaire de rappeler ici que la série The Legend of Zelda suit une chronologie complexe, d’autant plus qu’il existe des réalités différentes dans lesquelles le Bien a triomphé et d’autres où c’est le Mal qui est vainqueur. Dans les épisodes, il s’agit des descendantes de la première Zelda originale, ce qui est également le cas pour Link. Ainsi, elle possède plusieurs incarnations, des âges différents, des histoires personnelles, des alter-ego et parfois, celle-ci ne figure pas dans les aventures. C’est le cas par exemple dans Link’s Awakening, bien que Link croit reconnaître Zelda à travers Marine, tant celle-ci lui ressemble.

Zelda est représentée comme une jolie jeune fille et si dans les premiers épisodes elle ne forme que quelques pixels, les illustrations et la suite des aventures viennent appuyer la légendaire beauté de la princesse. Elle a toujours à peu près le même âge que Link dans chacun des épisodes. Cela va de 10 ans (Spirit Tracks) à 19 ans (Twilight Princess). Ses caractéristiques physiques hyliennes la rendent reconnaissable d’un titre à l’autre : une peau laiteuse, de longs cheveux, des oreilles pointues, de grands yeux bleus, des bijoux précieux dont un diadème et une robe décorée du blason de la famille royale d’Hyrule. Dans sa première forme, elle apparaît rousse mais elle est plus souvent représentée avec une chevelure blonde (Ocarina of Time, Skyward Sword, A Link Between Worlds) ou châtain (Twilight Princess, Super Smash Bros.). Ce n’est plus un secret pour personne, Miyamoto est un féru de musique. La belle n’échappe pas à cette passion et s’accompagne fréquemment d’un ocarina, d’une flûte de pan ou encore d’une lyre.

zelda-contenu02bis (1)

 

Pour les personnages comme pour le joueur, Zelda demeure dans chacune de ses apparitions celle à qui nous faisons confiance les yeux fermés. De nature bienveillante et gracieuse, elle reste toutefois mystérieuse. Altruiste et compatissante, elle n’hésite pas à soutenir ses proches. Elle sauve la vie de Midona du royaume des Ombres dans Twilight Princess et envers ceux qui l’ont autrefois blessée, elle sait pardonner et leur venir en aide comme c’est le cas dans Spirit Tracks avec Byrne.

Les différents visages de Zelda

S’il y a bien un personnage dans la série qui a un tempérament différent d’un titre à l’autre, c’est Zelda. Sa personnalité est sans nul doute la plus travaillée et la plus variable en fonction des épisodes. Dans les premiers, c’est avant tout une princesse aux pouvoirs spirituels, digne et dévouée sans plus de profondeur. Dans Twilight Princess, elle se présente comme une jeune femme à la hauteur de ses lourdes responsabilités, plus adulte et plus sombre. Dans Skyward Sword, qui retrace les origines de la saga, elle est au contraire enfantine, joviale et parfois espiègle.

zelda-contenu05

Respectivement Tetra et Zelda, deux personnages à priori très différents.

Au-delà de son apparition en tant que princesse, Zelda use de travestissement pour cacher, volontairement ou non, son identité. Par exemple, dans Ocarina of Time elle se déguise en membre du clan Sheikah et se fait appeler Sheik afin de ne pas se faire repérer par Ganondorf et ses sbires. Venant du futur, elle apparaît à Link très différente de sa forme initiale : le visage presque entièrement voilé et une silhouette plus masculine et musclée. Si nombre de fans se sont évertués à débattre sur le sexe de Sheik, Nintendo a tranché lors de l’annonce de sa présence dans Hyrule Warriors sur Wii U, en 2014. Après tout, Sheik est un rôle de composition joué par Zelda elle-même, certes de garçon, mais si nous ne nous sommes points égarés, Zelda est de sexe féminin. A l’époque de la sortie du jeu, Sheik a un atout par rapport à Zelda : son interaction avec Link et le joueur ainsi que des connaissances clés sur l’intrigue. Ce personnage est présent dans la série Super Smash Bros. à partir de l’épisode Melee mais aussi dans Hyrule Warriors : charismatique et intrigante, Sheik est l’un des personnages préférés des joueurs. Dans The Wind Waker, Zelda apparaît sous les traits anonymes de Tetra, une jeune fille téméraire au caractère bien trempé et souvent catégorisée par les codes de la société de « garçon manqué ». Lorsqu’elle découvre qu’elle est Zelda, elle préfère demeurer une pirate, plus en adéquation avec son tempérament et son mode de vie.

zelda-contenu06

Zelda et Hilda, deux princesses à l’opposé et pourtant si proches.

Enfin, quand il ne s’agit pas de Zelda, elle reste très influente sur les autres princesses de la saga. Dans Tri Force Heroes, elle est absente mais la princesse Styla lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Dans A Link Between Worlds, la princesse Hilda du royaume de Lorule s’apparente au miroir sombre de Zelda. Avec un philtre négatif, il est facile de voir que les couleurs sont opposées : les cheveux et lèvres en violet foncé et les yeux rouges. Le symbole de la triforce est lui retourné sur sa robe.





Le devoir avant les sentiments

Zelda répond avant tout à une fonction bien précise dans la légende : en tant que souveraine, détentrice de la Sagesse et parfois membre du Conseil des Sages, elle offre sa protection aux populations pacifiques contre la menace toujours pesante des Ténèbres. C’est une princesse dévouée à sa cause et rien ne saurait la dévier de son chemin tout tracé, aussi elle apparaît souvent solitaire.

Les membres de la famille de Zelda sont quasi absents dans les jeux. Ils sont évoqués quelques fois mais leurs relations avec la princesse ne sont pas clairement définies. Le roi d’Hyrule fait son apparition dans The Wind Waker et nous le devinons lors d’une audience avec Ganondorf dans Ocarina of Time. Il apparaît sous le nom de Gaepora et n’est plus monarque mais directeur de l’École de Chevalerie. Peu présent, il a un rôle minime mais conseille les deux protagonistes au début de l’aventure.

Il y a comme quelque chose dans l'air...

Il y a comme quelque chose dans l’air…

La relation entre Link et Zelda a toujours été source de curiosité chez les joueurs et un atout du côté du marketing. Dans les œuvres dérivées, qu’il s’agisse de dessins animés ou de bandes dessinées, il n’est pas rare qu’une histoire sentimentale s’invite à la légende. Dans les jeux, il n’y a rien de parfaitement explicite. Link n’est pour ainsi dire que peu bavard et démonstratif. Cependant, certains détails laissent penser qu’il existe bel et bien de la tendresse entre les deux personnages. Plusieurs fois, ils s’échangent de longs regards vers la fin de Twilight Princess, Ocarina of Time et The Minish Cap. Ils se tiennent la main ou presque dans Twilight Princess et Spirit Tracks. Zelda dépose un baiser sur la joue de Link à la toute fin de la série Oracle, le héros faisant apparaître des cœurs alors que la princesse cache son visage rougissant. Mais le plus intrigant reste les regards amoureux et ce « Tu sais Link… Je… » de la part de Zelda au début de Skyward Sword. Enfin, dans le très contestable dessin animé Princesse Zelda, Link tente à plusieurs reprises d’embrasser Zelda. Mais admettons que cet animé reste à jamais un ovni dans la mythologie de Zelda.

Une princesse à sauver ? Pas si simple…

La princesse hylienne est souvent enlevée par Ganondorf, l’antagoniste le plus récurrent de la série mais aussi par d’autres ennemis comme Vaati. Link doit alors la secourir et pour cela il traverse des donjons, terrasse des créatures et parfois voyage à travers le temps. Par ailleurs, Zelda est protégée par sa nourrice et garde du corps Impa. Bref, Zelda est très souvent confrontée au danger à cause de son statut et ses pouvoirs et il est nécessaire de lui venir en aide.

Elle ne croyait pas si bien dire...

Elle ne croyait pas si bien dire…

Dans les premiers épisodes, Zelda demeure le stéréotype de la jeune fille en détresse tout comme peut l’être Peach dans la série Super Mario. Dans Zelda II : The Adventure of Link, elle n’est qu’une princesse endormie attendant qu’un preux chevalier viennent la délivrer… Une référence aux comtes qui ont bercé son créateur Miyamoto à savoir La Belle aux Bois Dormants ou encore Blanche-Neige. Inatteignable et vulnérable, elle devient avec le temps l’héritière d’une légende, une alliée de taille et dans certains cas une guerrière émérite.

Plus qu’une princesse à sauver, c’est elle qui guide Link la majeure partie du temps. Grâce à ses pouvoirs spirituels, elle utilise la télépathie pour contacter Link dans A Link to the Past et décèle la présence du Mal grâce à ses prémonitions dans Ocarina of Time. Dans ce dernier, elle aide Link à avancer dans sa quête, avec une lettre lui permettant d’escalader le Chemin du Péril puis elle lui donne l’Ocarina. Lorsqu’elle apparaît en temps que Chef des Pirates dans The Wind Waker, elle prête main forte à Link pour qu’il sauve sa petite sœur et l’emmène avec elle sur la mer. Dans Twilight Princess, elle se rend à Xanto le soit disant roi du Crépuscule pour épargner la mort de ses sujets et transmet sa force à Midona, la guide de Link dans le Monde des Ombres. C’est Zelda qui permet de réveiller le héros qui sommeille en Link, souvent en se faisant enlevée par Ganondorf. Elle est celle qui l’appelle, celle qui le met sur le chemin de l’aventure.

Zelda telle qu'elle apparaît dans la série animée Princesse Zelda.

Zelda telle qu’elle apparaît dans la série animée Princesse Zelda.

Ses actes sont très importants pour l’avancement du scénario et bien souvent pour le dénouement final. On le constate dès le premier jeu de la série : c’est elle qui prend la décision de briser en huit morceaux la Triforce de la Sagesse afin que Ganon ne puisse s’en emparer. Elle n’hésite pas à prendre part à l’action et à participer aux combats. Zelda possède parfois des armes comme c’est le cas dans Twilight Princess où elle s’équipe d’un fleuret. Elle utilise également un arc de Lumière dans Spirit Tracks et The Wind Waker. Dans Spirit Tracks, elle accompagne Link dans tous ses déplacements et devient jouable pour la première fois dans la série officielle. En réalité, elle l’est déjà dans Zelda’s Adventure, sorti sur Philips CD-i, mais Nintendo ne considère pas ce jeu (de très mauvaise qualité) dans la mythologie Zelda. Dans la série animée Princesse Zelda, l’héroïne accompagne Link dans plusieurs de ses aventures. Elle est courageuse et se bat avec son arc magique et son arbalète. Elle a laissé sa robe au château pour se vêtir d’une tenue appropriée pour les aventures et l’action.

La princesse d’Hyrule renferme une grande puissance notamment grâce au fragment de la Triforce qu’elle possède et qui lui a permis de briser des sceaux et de créer des barrières magiques. Lors des affrontements finaux de Ocarina of Time et Twilight Princess, elle paralyse Ganon pour que Link lui donne le coup de grâce. A partir de Super Smash Bros. Melee elle rejoint le casting  en tant que combattante adepte de la magie. Son alter-ego Sheik, plus rapide, s’invite également dans la partie tout comme dans Hyrule Warriors.

Zelda, incapable de se défendre ? Que ce soit dans Spirit Tracks, Twilight Princess, Super Smash Bros. ou encore Hyrule Warriors, elle n'hésite pas à se battre.

Zelda, incapable de se défendre ? Que ce soit dans Spirit Tracks, Twilight Princess, Super Smash Bros. ou encore Hyrule Warriors, elle n’hésite pas à se battre.

Malgré les apparences, Zelda a évolué et n’incarne plus le stéréotype du personnage féminin à sauver. Certes, c’est une princesse, mais elle n’est pas pour autant une précieuse effrayée par le monde et ses ravisseurs. Zelda est forte et courageuse, à l’exception près d’une phobie des souris dans Spirit Tracks. Dans The Wind Waker, elle est démystifiée mais aussi décomplexée par rapport à sa destinée qu’elle ne connaît pas, tout comme le joueur qui la rencontre sous le nom de Tetra, une cheftaine pirate et véritable boute-en-train. Zelda, au-delà du fait qu’elle donne son nom à la série, a confirmé au fil des jeux qu’elle était indispensable à la saga. Elle est le symbole de la Sagesse, le fragment de la Triforce qu’elle possède, de la même façon que le sont Link et Ganondorf pour le Courage et la Force, tout trois ayant besoin les uns des autres pour exister.

M'dame Encyclopédie chasseuse d'infos retrouvée par hasard au fond d'une bibliothèque. Une histoire de vortex et de katana apparemment.