Tentacule PourpreTentacule ambitieux de la série Maniac Mansion

Pourpre est un tentacule modifié par un scientifique fou répondant au nom de Fred Edison. Violet et aux ventouses vertes, il est bien connu pour avoir incarné l'un des méchants les plus mégalomanes dans une série culte des pointer-et-cliquer signée Lucas Arts.

La description détaillée ci-dessous risque de comporter du spoil, survolez-la pour afficher le texte.

Un tentacule ronchon

Tentacule Pourpre fait son apparition dans le premier épisode de la série Maniac Mansion, sorti en 1987, développé et édité entre autres par Lucas Arts. Créée par le Docteur Fred Edison, la créature domestiquée aurait subi d’intenses radiations nucléaires. Dans Maniac Mansion, Pourpre représente une menace pour les héros, à l’image de tous les autres personnages vivants dans le manoir des Edison, excepté son acolyte Tentacule Vert. Ce dernier suit naïvement Pourpre qui, bien qu’impuissant, est un personnage au fond mauvais, ronchon et peu sympathique.

Voilà un tentacule domestique bien obéissant...

Voilà un tentacule domestique bien obéissant…

Sans états d’âme et parfois cruel avec son propre compagnon, il incarne la tête pensante, le cerveau du duo et cela devient d’autant plus vrai dans le second opus de 1993 Maniac Mansion II : Day of The Tentacle. Ce titre, dans lequel notre ami se paye la tête d’affiche, est souvent considéré comme la consécration et la maîtrise du jeu d’aventure après les monuments que sont les Monkey Island, Zak McKracken and the Alien Mindbenders et bien entendu le premier Maniac Mansion. Le rôle donné à Pourpre n’est pas étranger à ce succès.

« Take on the World ! »

C’est donc dans Day of The Tentacle que toute la personnalité de Pourpre se révèle, et la seule raison ne se résume pas à ses sourcils menaçants. Malgré les avertissements de Vert concernant sa santé, il ingurgite des déchets toxiques tout droit sortis du laboratoire de son maître le Dr Edison. Le tentacule se sent plus “intelligent”, plus “fort” et se voit surtout pousser deux bras. Ces nouveaux atouts lui permettent de dépasser sa condition de simple tentacule et par là même de se rapprocher de l’Homme. Ce pouvoir qui lui est donné réveille en lui une volonté de : « Take on the World ! » (Dominer le monde), devenue une réplique culte de l’Histoire du jeu vidéo. Oui, Pourpre embrasse à la fois la légende geek qui veut que les déchets toxiques donnent des super pouvoirs et le dessein de grand méchant mégalomane qu’est celui de contrôler le monde.

Si Pourpre se sent invincible, il reste encore fébrile face à son créateur qui, flairant les ennuis décide d’euthanasier les deux tentacules. Vert réussit cependant à faire parvenir un message d’aide à son ami Bernard Bernouilli via un hamster voyageur (véridique). Bernard c’est Woody Allen, l’intellectuel un peu maladroit qui s’était lié d’amitié avec Vert dans le premier Maniac Mansion, tous deux amateurs de musique. Il décide de venir le sauver accompagné de ses amis Hoagie au look de fan de hard rock et un peu fainéant ainsi que de Laverne, une étudiante en médecine à côté de ses pompes et à la limite de l’hystérie.

C'est assez... effrayant.

C’est assez… effrayant.

Pourpre a de la chance, ses futurs ennemis viennent par mégarde le sauver en délivrant Vert. Une aubaine qu’il saisit pour mettre ses plans à exécution. La machine à voyager dans le temps ou plutôt le Chrono-WC, invention du savant, devient alors l’outil indispensable pour les deux parties. L’intelligence de ce diable de Pourpre est à la hauteur de sa méchanceté : il vole une capsule temporelle pour empêcher ses ennemis de modifier ses propres actions passées. Il en profite aussi pour envoyer une infinité de copies de lui-même, espérant venir à bout du trio Bernard-Hoagie-Laverne, merci le paradoxe temporel.

Mais pourquoi est-il aussi méchant ?

Pourpre du futur confesse les raisons qui l’ont poussé à vouloir dominer le monde lors de l’affrontement final :

Les humains sont nos oppresseurs. Ils nous ont cloîtrés dans ce motel immonde ! Ils nous ont donné cette forme ingrate pour mieux nous contrôler ! Essayez de marcher avec de la colle sous les semelles et avec les jambes attachées, vous comprendrez !

C’est la haine envers les humains qui l’anime même s’il avoue que celle-ci était au départ uniquement dirigée vers un seul d’entre eux :

Au début je ne vous haïssais pas tous, juste le Dr Fred.

En 2193, il a réussi à donner vie à ses fantasmes : les tentacules dominent désormais le monde. Les humains sont réduits à l’état d’animaux de compagnie, gardés en chenil et déguisés pour participer à des concours de « beautés ». C’est une certaine revanche que s’offrent ces tentacules auparavant simples sujets d’expériences asservis par le Dr Edison.

Oh le c*** !

Oui, merci Bernard.

Son intelligence et sa méchanceté ne l’empêchent pas d’être aveuglé par sa mégalomanie. La flatterie lui fait baisser sa garde, l’adoucit presque et l’amène à commettre une erreur irréparable : le rayon de son pistolet laser se réfléchit dans les lunettes de son ennemi juré le Dr Fred Edison et l’inventeur se retrouve lui-même victime de sa création. Miniaturisé, il finit simplement écrasé par les chaussures des héros et envoyé en Sibérie via le hamster voyageur.

Pourpre, bien que foncièrement mauvais et brillant dans ses plans, reste un tentacule victime d’une trop grande exposition aux substances toxiques. Il déteste les humains mais souhaite leur ressembler avec leurs bras, leur domination sur le reste des êtres vivants et hérite de l’un de leurs plus grands péchés : l’orgueil. Ce dernier point le conduit à sa perte. Pourpre aura au moins eu le privilège, grâce à un malheureux oubli de Bernard et ses amis, de voir le drapeau américain prendre la forme de tentacule, une petite victoire pour son espèce.

M'dame Encyclopédie chasseuse d'infos retrouvée par hasard au fond d'une bibliothèque. Une histoire de vortex et de katana apparemment.