KirbyHéros aux multiples facettes de jeux Nintendo

Si l’on devait ne retenir dans le monde du jeu vidéo qu’une seule boule rose qui aspire les gens, nul doute que Kirby serait le candidat idéal à cette place (il serait aussi le seul...). Fantaisistes, drôles et mignons, Kirby et son univers n’ont de cesse de nous emporter à travers diverses aventures depuis 1992, aussi bien sous sa forme classique de jeu de plateforme, que dans d’autres manières plus excentriques telles que les récentes courses en vaisseaux étoilés.

La description détaillée ci-dessous risque de comporter du spoil, survolez-la pour afficher le texte.

Un succès inattendu

Rond comme un ballon et plus rose qu’un cochon, Kirby arrive dans le monde merveilleux des jeux vidéo en 1992 grâce aux équipes d’HAL Laboratory. La petite boule rose a depuis atteint le statut de mascotte chez Nintendo.

Chose peu courante, c’est sur Game Boy que l’étrange créature fait son apparition. Dans Kirby’s Dream Land, il était question de diriger un petit bonhomme sphérique à travers plusieurs niveaux parsemés d’embûches, de Waddle Dee, de Waddle Doo et d’autres créatures aux noms exotiques, afin de récupérer les sucreries qu’avait volé le méchant Roi DaDiDou.

Le nom Kirby n’a d’ailleurs pas toujours été d’actualité pour le personnage. Nommé précédemment Popopo, il fut renommé Kirby in extremis avant la sortie de Kirby’s Dream Land en l’honneur de John Kirby, un avocat de Nintendo.

Kirby a d’ailleurs failli ne jamais connaître la couleur rosâtre qu’il arbore si fièrement de nos jours. En effet, son créateur, Masahiro Sakurai voulait lui donner une couleur digne du plus intègre des saumons alors que Shigeru Miyamoto, lui, l’imaginait plutôt jaune. Cette divergence d’opinion se reflètera sur les boîtes du jeu qui feront apparaître un Kirby tantôt rose (Japon), tantôt blanc (Amérique, Europe).

Pensé afin de plaire au plus grand nombre de joueurs, et surtout aux débutants, Kirby’s Dream Land rencontre un succès fou dans le monde entier, contribuant ainsi à l’expansion de la série Kirby à travers d’autres épisodes.

Un personnage récurrent

Si la petite boule rose possède déjà ses pouvoirs d’absorption dans Dream Land, ce n’est qu’à partir de 1993 et la sortie de Kirby’s Adventure sur NES qu’elle peut enfin s’approprier les caractéristiques de ces-dits ennemis en les avalant ; ce qui deviendra par la suite la marque de fabrique de Kirby.

Parallèlement aux consoles Nintendo, les aventures de Kirby gagneront en taille et en richesse, mais aussi en diversité. En effet, au fil des années, le bonhomme rose est passé du (très) simple jeu de plateforme en 2D à la plateforme 3D (The Crystal Shards sur N64), au jeu de flipper (Pinball Land sur Game Boy) ou au puzzle-game (Avalanche sur SNES).

Néanmoins, HAL Laboratory n’a pas oublié l’origine de la série et continue de publier des jeux de plateforme 2D estampillés Kirby sur Nintendo 3DS et Wii U. Tirant partie des capacités de ces deux consoles (écran tactile, micro, et Wiimote pour la Wii U), ces jeux ne manquent pas d’originalité et sont de plutôt bonne facture, aussi bien pour les fans de Kirby que pour n’importe quel amateur de jeux de plateforme.

Notons, pour conclure que, comme le veut la « tradition Nintendo », on a pu apercevoir le personnage de Kirby dans plusieurs autres jeux de la firme de Kyôto. Si la présence de Kirby dans Super Smash Bros depuis le premier épisode n’est pas un évènement en soi (les deux séries étant développées par HAL Laboratory), il est plus intéressant de noter son apparition dans des titres plus éloignés de la série, tels que Legend of Zelda : Link’s Awakening (où l’on peut croiser des Kirby en tant qu’ennemis dans l’avant dernier donjon) ou encore Pokémon Stadium 2 (où des screenshots de Kirby’s Aventure peuvent être utilisés en tant que décoration de la chambre du héros).

Ristou

, rédacteur

Addict à Guns N' Roses et aux Pépito. Joueur depuis 1988 (NES). J'imite super bien le chameau et le vélociraptor de Jurassic Park.