Alex KiddAncienne mascotte non officielle de SEGA

La mascotte de SEGA n’a pas toujours été un électrique hérisson bleu. Et même si le phénomène de mascotte est un pur produit des années 90, l’un des premiers personnages créés pour faire connaître une licence et une marque dans l’industrie vidéoludique, mais aussi et surtout se démarquer de la concurrence, c’est bien Alex Kidd.
La description détaillée ci-dessous risque de comporter du spoil, survolez-la pour afficher le texte.

SEGA dans l’ombre de Nintendo

Opa-Opa, de Fantasy Zone.

Opa-Opa, de Fantasy Zone.

Avant Sonic, il y avait Alex Kidd. Et avant Alex Kidd, un certain Opa-Opa. Ce dernier était un vaisseau spécial ressemblant à un oeuf avec des ailes… Il était le héros du jeu Fantasy Zone sorti en 1986 sur borne d’arcade et associé à la société SEGA. Si l’entreprise japonaise rayonne dans le monde de l’arcade, rien n’est fait sur le marché des consoles de salon et ce n’est pas Opa-Opa qui gagnera le cœur des joueurs notamment le public américain. Il faut dire qu’en face d’elle, Nintendo s’est déjà confortablement installé avec la Famicom puis la NES partout dans le monde, notamment grâce à l’arrivée de Super Mario Bros. SEGA doit alors faire ses preuves et imposer sa marque. Pour cela, elle se lance dans la création d’un nouveau jeu de plateforme, un genre de plus en plus répandu. Mais cela ne suffit pas, il faut créer un héros attachant : Alex Kidd.

Copier Mario, mais pas trop

C’est Kataro Hayashida qui est en charge de ce projet. Vous connaissez très certainement son nom grâce aux jeux Phantasy Star et Shining Force. Le premier épisode, Alex Kidd in the Miracle World reprend les codes de Super Mario Bros avec le défilement horizontal. Cependant, le personnage d’Alex a déjà plus de possibilités : contrôler des véhicules comme une moto, dépenser son argent dans des boutiques, dialoguer avec les PNJ, acheter des vies supplémentaires, des objets et surtout, le fameux Papier-Feuille-Ciseau pendant les affrontements avec les boss. En résumé, Alex Kidd n’est pas qu’un simple héros de jeu de plateforme à la mode, il combat grâce à ses poings et casse les rochers et évolue également dans un jeu avec une composante RPG.

Un petit garçon très japonais

Alex est un garçon de 14 ans, qui ressemblerait à s’y méprendre à un petit singe. Ses cheveux sont châtains, il a de grandes oreilles, ses poings sont démesurément grands et son visage rappelle celui des personnages de manga. Il porte une combinaison rouge et jaune, parée d’une gemme bleue. Dans les différentes illustrations officielles, on remarque une nette inspiration aux arts martiaux et ses vedettes qui ont nourri l’imaginaire de ses créateurs. La pose, le saut et la tunique rappellent en effet Bruce Lee. Pour son air de ressemblance avec un singe, nous pouvons très certainement évoquer l’allusion à Sun Wukong, le roi singe. Enfin, il suffit d’un simple coup d’oeil pour se rendre compte qu’Alex Kidd ressemble grandement au petit SanGoku de l’univers Dragon Ball. Rappelons également qu’en parallèle, SEGA lance un certain Wonder Boy.

alex-kidd-contenu02

Le design d’Alex évolue dès 1989 avec le cinquième opus Alex Kidd: High-Tech World. Moins court sur pattes, un visage plus grand et arrondi, il porte également un uniforme plus saillant et des bottes de courses jaunes. Enfin, on le retrouve modélisé en 3D dans SEGA Superstars Tennis. Alex Kidd n’aura donc pas beaucoup évolué au cours de ces années.

Le défenseur du royaume

Alex Kidd dans in the Miracle World

Alex Kidd dans in the Miracle World

Alex Kidd apparaît la première fois comme un orphelin, seul habitant du Mont Eternal du Miracle World ou planète Aries. C’est ici qu’il apprend la technique aérienne du Shellcore, lui permettant de grossir et renforcer ses poings. Dans le manuel du jeu Alex Kidd in the Miracle World, nous apprenons que la planète est au plus mal depuis que le roi Sander Radaxian ou King Thunder a disparu. Un usurpateur du nom de Janken le Grand a pris le pouvoir et retient en otage l’héritier légitime du trône, le prince Igul ou Egle ainsi que sa promise la princesse Lora. Notre petit héros apprend alors d’un homme à l’agonie qu’il est en réalité le fils du roi et donc frère d’Igul. Après cet aveu, il décide de prendre les choses en main pour retrouver sa famille et sauver le royaume des griffes de Janken. La suite, si vous ne la connaissez pas vous la devinez, il restaure la paix et permet le couronnement de son frère. Alex Kidd, malgré son très jeune âge, devient le défenseur de la citée royale. Il ne perd pas de vue non plus son objectif de retrouver son père, ce qui le conduit à de nouvelles aventures.

Plaire au monde entier

Même si nous sommes à l’époque de sa création encore assez loin de la profusion de mascottes et de tout l’aspect marketing que cela implique, le personnage bénéficie tout de même d’un traitement tout particulier avec des produits dérivés et des adaptations en bande dessinée.

alex_the_kidd_hamburger

Alex Kidd pour sa version jeu intégré dans la console.

tumblr_m4rerjnz5e1qk26dzo1_500

Alex Kidd version originale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le jeu original sur cartouche, Alex dévore des originis, ces petits triangles de riz farcis venus tout droit du Japon. Mais le personnage se retrouve à manger des hamburgers dans sa version intégrée dans la console. Très certainement pour plaire à un public plus large, et surtout, plus occidentalisé. Son habit diverge également selon la localisation : il ressemble aux tuniques traditionnelles de Mandarins et parfois plutôt à une salopette rouge et rayée rappelant fortement la tenue vestimentaire de son principal rival Mario. Cependant cela ne suffit pas à faire décoller la mascotte à l’international. Malgré quelques courtes années de reconnaissance, Alex Kidd reste bien trop enraciné à la culture nippone pour rayonner dans le monde. Par exemple à cette période, même Dragon Ball, n’est pas encore connu et prêt à être accepté par le marché occidental.

Un personnage peu soutenu

Alex Kidd in Shinobi World

Alex Kidd in Shinobi World

Délaissé par son créateur, Alex Kidd connaît un passage à vide entre le premier et le cinquième titre, avec des jeux médiocres. Du design enfantin et difficulté trop élevée dans Alex Kidd and the Lost Stars, au mauvais scénario et énigmes trop difficiles dans Alex Kidd in High-Tech World en passant par Alex Kidd BMX Trial, un jeu de course sans saveur… il était temps pour notre mi-garçon mi-singe de retrouver ses lettres de noblesses. Avec Alex Kidd in the Enchanted Castle sur Mega Drive, le héros retrouve tout ce qui faisait son succès avec en plus l’arrivée du coup de pied. C’est cependant son dernier épisode en tant que personnage principal sur Master System, Alex Kidd in Shinobi World, que SEGA rend le plus bel hommage aux premières aventures du petit héros, dans un titre plus arcade. La firme signe ici aussi l’un des plus beaux jeux de la console alors en fin de vie. Après 1990, Alex Kidd n’aura plus jamais de rôle de premier plan.

Mais non... nous, nous ne t'avons pas oublié.

Mais non… nous, nous ne t’avons pas oublié.

L’arrivée de la Mega Drive a aussi joué des tours au petit garçon puisque SEGA change de cible pour s’intéresser au public adolescent. Le côté enfantin d’Alex est rapidement balayé pour laisser place à Sonic, une nouvelle mascotte animalière, qui elle devrait faire l’unanimité… Quoique, le hérisson trouve ironiquement son plus grand public en Occident et donc en dehors de son pays d’origine, au contraire d’Alex Kidd.

Un petit héros mémorable

Malgré la fin anticipée de la série, Alex fait de nombreuses apparitions.

Malgré la fin anticipée de la série, Alex fait de nombreuses apparitions.

Le héros doué en arts martiaux apparaît entre 1986 et 1990 dans six jeux dont cinq sur Master Sytem et un sur Mega Drive. Autant dire qu’Alex Kidd est avant tout associé à la console 8-bits de SEGA. Il refait cependant une apparition dans Segagaga, le jeu où vous devez sauver l’entreprise de la catastrophe financière, en 2001 sur la Dreamcast. Dans ce jeu, il vend des originis… Nous retrouvons le garçon dans les remakes de SEGA Ages plus tardivement sur PlayStation 2.  Mais plus intéressant, il est modélisé en 3D pour la première et jouable dans le jeu SEGA Superstars Tennis et au volant de kart dès 2010 dans Sonic and SEGA All-Stars Racing et Sonic and All-Stars Racing Transformed. Il fait également de très nombreux caméos et fait l’objet d’easter eggs dans plusieurs œuvres comme Shenmue, Phantasy Star II ou encore Kenseiden.

Ainsi, même s’il a rapidement été remplacé et fait aujourd’hui un peu dépassé, la mascotte d’un jour n’a jamais été oubliée par les fans et l’éditeur, devenant le symbole d’une partie de l’histoire de SEGA.

M'dame Encyclopédie chasseuse d'infos retrouvée par hasard au fond d'une bibliothèque. Une histoire de vortex et de katana apparemment.