[Impressions] Double Kick Heroes

Double Kick Heroes

Vous pensez que l’apocalypse zombie a été remixée à toutes les sauces ? Revoyez votre jugement, parce que Double Kick Heroes est sur le point de coller sa double pédale dans la tronche à plus de 220 bpm. Cet étonnant mélange entre shoot them up et jeu de rythme 100% métal en a sous le capot et profite de son early access pour éveiller notre curiosité.

Double Kick HeroesVous l’avez déjà compris, ici on joue du métal sous toutes ses formes. Djent, Glam, Power, Heavy, Death, Black etc… les amateurs de guitare en drop C et de chants gutturaux trouveront aisément de quoi ravir leurs oreilles. Les compositions originales sont vraiment très sympathiques quoiqu’encore un poil trop convenues. Reste que la mayonnaise prend et on se retrouve rapidement à headbanger en cœur avec le jeu. Le titre est un peu moins inspiré visuellement, notamment au niveau du character design très cartoon du début des années 2000 qui n’est pas des plus réjouissants. Rien de bien grave puisqu’en jeu on a essentiellement les yeux rivés sur la partie basse de l’écran où se passent les choses les plus importantes.

Double Kick Heroes

 

Double Kick HeroesOn prend donc le contrôle de la batterie et de la grosse caisse uniquement au départ. Une flèche pour le canon du bas et une pour celui du haut, au joueur de déclencher le bon en fonction du positionnement et de la vitesse des ennemis qui lui arrivent dessus. Très simple au départ, l’histoire se complique avec l’arrivée de la caisse claire, puis des cymbales qui peuvent rapidement transformer un clavier en champ de bataille. Il est parfois assez difficile de garder un œil sur la route et sur les notes qui arrivent en bas de l’écran en simultané. On finira naturellement par alterner gauche/droite et par prendre le réflexe de jeter un coup d’œil de temps à autre sans perdre le fil de sa série. Cela devient plus compliqué face aux boss contre lesquels il faut également gérer sa position de haut en bas sur l’écran. Une véritable gymnastique intellectuelle.


Le résultat c’est un jeu de rythme hyper efficace avec de nombreux niveaux de difficulté pour s’adapter à tous les joueurs. Le titre emballe tout ça dans un mode histoire un poil lourd dans l’écriture qui fait peut-être trop office de remplissage là où une simple série de morceaux aurait largement fait l’affaire. Mais l’essentiel est que le cœur du jeu est vraiment prometteur et qu’on a qu’une hâte, relancer le jeu avec de nouveaux morceaux pour que le métal règne enfin sur le monde. À suivre de très très près.

Toothpick

, rédacteur

Rageux du framerate au bon goût auto-prononcé. Du genre à acheter une Vita quand la hype est autour de la Switch.