PlayStation 2 : Le Troisième MondeNi Science, Ni Art

Rédigé par
PlayStation 2 - Le Troisième Monde
PlayStation 2 - Le Troisième Monde

Nous sommes à l’aube de l’an 2000. Sony s’apprête à mettre sur le marché sa toute nouvelle console : la PlayStation 2. Forte de son succès avec la PlayStation première du nom, la firme japonnaise est bien décidée à poutrer définitivement tous ses concurrents avec une console puissante et à l’image high tech.

PlayStation 2

La PlayStation 2

Le Troisième Monde

David Lynch

David Lynch

Comme pour n’importe quelle nouvelle console, Sony doit mettre le paquet sur le marketing et la publicité. Il faut une campagne percutante, novatrice, qui reflète les capacités de la console. La réalisation des spots TV est alors confiée à un grand cinéaste habitué des publicités : David Lynch (Elephant Man, Dune, Sailor et Lula, Mulholland Drive, et des publicités pour Calvin Klein, Yves Saint Laurent, Gucci ou encore Dior).

Le thème choisi pour les spots publicitaires est le « Third Place », traduit en français par le « Troisième Monde ». Dans les sciences sociales, la vie d’un homme est constituée de trois types de lieux piliers : le Premier Lieu est le foyer et les gens y vivant, le Deuxième Lieu est constitué par l’environnement de travail, enfin le Troisième Lieu -qui est une meilleure traduction de « Third Place » dans ce cas- est l’environnement social qui ne se trouve pas dans les deux premières catégories. Cet environnement où l’échange entre humains prime est important pour le développement personnel mais aussi celui de la société, de la démocratie ou encore du sentiment d’appartenance à une communauté.

Le but ainsi avoué de Sony est donc de créer une véritable communauté de joueurs autour de la PS2. David Lynch a alors carte blanche pour créer plusieurs spots publicitaires et on peut dire qu’il s’est lâché.

Le canard WTF

Le spot publicitaire le plus connu en France est certainement le plus « What The Fuck ?! » puisqu’on y voit un humanoïde avec une tête de canard… Ah bah c’est du Lynch mon bon monsieur ! Et puis c’est toujours mieux d’avoir une tête de canard plutôt qu’une tête de connard ! Quoi que, avoir un bec et pas de dents cela ne doit pas être facile tous les jours (surtout pour manger des Pépito).

"Bienvenue... dans... le... Troisième Monde" - Coin Coin, acteur à grande gueule -

Bref, le cinéaste délivre un film d’une minute où l’on retrouve nombre de thèmes régulièrement abordés dans ses films : les flammes qui symbolisent les forces obscures, les ombres qui font référence à un univers dangereux et imprévisible, la femme mystérieuse qui incarne la porte de sortie du monde réel source de souffrances, ou encore le double de l’acteur principal qui représente la schizophrénie. Qui a dit que les jeux vidéo étaient un passe-temps pour abrutis ?

Si vous souhaitez aller un peu plus loin dans l’analyse de cette vidéo, vous pouvez lire cet article (attention, en anglais). Sinon, vous pouvez vous contenter de (re)visionner la publicité ci-dessous (drogue non fournie) :

Bambi, Wolfman et les autres

Comme je vous le disais précédemment, David Lynch a également réalisé d’autres publicités avec pour thème le Troisième Monde. Si celles-ci sont moins connues en France, c’est tout simplement parce qu’elle n’y ont pas été diffusées (ou très peu). Moins délirantes et moins fournies en symbole, elles valent tout de même le coup d’oeil, surtout quand on voit le manque d’audace des publicités d’aujourd’hui. Je vous laisse les regarder et en tirer les messages librement.

L’homme-loup (ma préférée) :

Bambi :

Le chien :

Le bâteau :

L’aveugle :

150 millions d’habitants dans le Troisième Monde

Le 31 janvier 2011, c’est officiel, la PS2 s’est écoulée à plus de 150 millions d’exemplaires. Le pari est gagné, la PlayStation 2 est la console la plus vendue de toutes l’histoire des jeux vidéo grâce à son catalogue impressionnant de jeux bien sûr, mais aussi grâce à son design futuriste et son lecteur de DVD.
Quant à savoir si le travail de David Lynch a eu un impact (positif ou négatif) sur les ventes, personne ne le sait. Même pas lui…

"coin coin..."

"coin coin..."