Interview d’Ex Serv, Community Manager de Dark Souls

A l’occasion de la sortie toute récente de Dark Souls II sur console (et celle à venir sur PC !), Culture Games a eu le plaisir d’interviewer Ex Serv, le community manager français de la franchise.

On le rappelle, Dark Souls, suite de Demon’s Souls, est un RPG développé par les japonais de From Software et connu pour le challenge corsé qu’il propose aux joueurs les plus patients. A une époque où le jeu vidéo tend vers la casualisation, Dark Souls a réussi son pari de devenir une licence appréciée et encensée par la critique et les fans !

Mais trêves de bavardages, accueillons notre invité !

Ex Serv.

Ex Serv.

Salut Ex Serv ! Je sais déjà que ton parcours est un peu atypique, mais nos lecteurs ne sont probablement pas au courant. Comment es-tu devenu Community Manager ?

Et bien salut aux lecteurs, c’est assez simple finalement. Depuis que Demon’s Souls est sorti j’ai passé l’essentiel de mon temps sur internet à faire du lobbyisme pour ce / ces jeux.

Le « boum » de ma chaîne s’est produit avec Dark Souls et surtout l’invitation par le Nesblog pour venir commenter des speedruns du jeu chez eux, en Bretagne.

Suite à cette exposition, Bandai Namco m’a repéré et s’est rendu compte qu’ils avaient avec moi la possibilité d’avoir un super VRP du jeu. Après les avoir rencontrés et testé Dark Souls II, ils m’ont proposé de gérer entre autres leur page Facebook, et j’ai dit oui. J’anticipe un peu la deuxième question mais je fais tout ça de manière bénévole. Je gagne un peu d’argent via Youtube, mais en aucun cas je ne suis payé par Namco.

Se vendre pour devenir officiellement un pion d’un plan marketing, ça m’intéresse pas.

Être bénévole est-il un choix ou une “obligation” ? Si tu avais pu être payé, l’aurais-tu fait ?

C’est un choix personnel, je suis parfaitement conscient de l’influence que je peux avoir sur la communauté du jeu en France aujourd’hui. Mais depuis le début je me suis dit que je ferai ça « de la bonne manière », gagner de l’argent quand on travaille je trouve ça normal.

Maintenant, se vendre pour devenir officiellement un pion d’un plan marketing, ça ne m’intéresse pas, et ce serait pour le coup « trahir » les gens qui me suivent. Je pourrais parler des heures de Youtube et de l’opportunité incroyable que cela représente pour les éditeurs en manque de publicité pas chère, mais c’est pas le but ici.

En gros ce qui m’intéresse, ce n’est pas de devenir le premier youtuber et faire des millions de vues, c’est simplement de parler des jeux qui selon moi méritent qu’on s’y attarde, et apportent quelque chose de positif au jeu vidéo dans son ensemble.

Je suppose que tu dois être bien occupé avec Dark Souls II en ce moment, mais à quoi d’autre joues-tu ?

Voilà ce qui arrive quand on joue trop à Dark Souls !

Voilà ce qui arrive quand on joue trop à Dark Souls !

En ce moment, littéralement rien. Avant la sortie j’ai bien squatté ma PS Vita avec notamment le dernier Ys qui est sorti. Là j’attends Infamous Second Son pour enlever la poussière sur ma PS4 et voir ce qu’elle a dans le bide.

Mais comme beaucoup, j’ai du mal à jouer à autre chose que des Souls. Ces jeux proposent un gameplay assez pointu, et un challenge relevé sans être insurmontable. Et même si j’ai des centaines voir des milliers d’heures au compteur, il m’arrive encore si je fais n’importe quoi de me faire ouvrir en deux. Et du coup même après tout ce temps, c’est toujours aussi agréable de tuer un boss, franchir un obstacle, etc. Il y a peu de jeux qui te permettent aujourd’hui de ressentir ça.

Ça rappelle que la grandeur d’un jeu ne se mesure pas à son budget ou le nombre de développeurs.

Penses-tu que la série des Souls a changé quelque chose dans le paysage vidéoludique ? Si oui, qu’a-t-elle apporté selon toi ?

Bien sûr, bien sûr que ça a apporté quelque chose. C’est plus Dark Souls que Demon’s Souls. Mais clairement, le jeu vidéo était différent avant ces jeux. Je ne pense pas qu’il n’y ait eu QUE cette série qui a essayé de proposer autre chose. C’était plus une vague de jeux qui ont commencé à prendre conscience qu’on s’emmerdait ferme il y a quelques temps.

Pour moi le début de la génération PS360 est vraiment symptomatique d’une période où on te vend des jeux à gros budgets insipides avec des DLC dans tous les sens. Et avec le retour en puissance du PC et la myriade de jeux indépendants qui ont commencé à jouer sur le secteur « core gamer » (les rogues like, les meat boy, etc.), on sentait bien qu’il y avait un véritable créneau à prendre pour des gens qui voulaient être un minimum sollicités en jouant à leurs jeux vidéo.

Et les Souls sont arrivés sur console, en ciblant un public très spécifique, en faisant très peu de concessions pour être accessibles à tous et ont rivalisé avec les grands. Il arrive encore que des gens comparent Dark Souls et Skyrim, sortis à la même époque. Alors que le jeu de Bethesda a un budget infiniment plus gros, dix fois plus de personnes qui ont bossé dessus, etc.

Mais ça rappelle que la grandeur d’un jeu ne se mesure pas à son budget ou le nombre de développeurs dessus.

Pour moi, cette saga rappelle simplement aux éditeurs / développeurs que certes le jeu vidéo touche un public plus large que jamais, mais qu’on n’a pas envie de se faire prendre par la main et qu’on nous dise quoi faire en permanence. Et cette idée de laisser le joueur dans le flou c’est vraiment ce qui fait la richesse des Souls.

Ils nous transmettent des informations par du jeu, et pas par du texte ou une cinématique, et cette relation qui se crée entre le joueur et le développeur, c’est véritablement un beau moment de jeu vidéo.

Merci d’avoir pris le temps de nous répondre ! Pour finir, la question pourrie : est-ce que parfois Dark Souls te soule ?

*Slow Clap*

*Slow Clap*

Onilane

, rédacteur

Rédacteur, musicien, vidéaste amateur et streamer du dimanche. J'avais un pad de NES dans les mains avant d'avoir une tétine dans la bouche, on voit où tout cela mène.