Final Fantasy VII de la N64 à la PSOne…Histoires du Jeu Vidéo

Rédigé par

C’est le 31 janvier 1997 qu’arrive sur la PSOne Final Fantasy VII porteur de grandes ambitions tant sur le plan esthétique – démocratisation de la 3D – que sur le plan emblématique. Ce septième opus, produit par Hironobu Sakaguchi, designé par Tetsuya Nomura et réalisé par Yoshinori Kitase annonce un véritable cataclysme vidéoludique. Non seulement il est le premier épisode de la licence à débarquer dans le monde entier mais il permet également à Squaresoft de dévoiler leur savoir-faire avec la 3D. Mais Final Fantasy VII c’est aussi un cataclysme vidéoludique qui a vu Squaresoft rompre son contrat les liant à Nintendo. Ce septième opus devait initialement débarquer sur Nintendo 64 à l’instar des précédents épisodes… enfin c’est ce que dit la légende et les nombreuses rumeurs.

De Final Fantasy I à Final Fantasy VI, de la NES à la Super Nintendo, SquareSoft et Nintendo étaient liés par un contrat d’exclusivité de la licence Final Fantasy. Alors pourquoi voir débarquer Final Fantasy VII sur PSOne ? Pourquoi la version Nintendo 64 a été annulée ? La faute de Square Soft ?  Celle de Nintendo ? Ou dès lors ne serait-ce qu’une mauvaise communication et une mauvaise interprétation de la part des médias ?

Le salon SIGGRAPH et la conférence tenue par Squaresoft

Le salon SIGGRAPH en 1995

Nous sommes en 1995, au salon de SIGGRAPH à Los Angeles. Dédié à l’infographie et aux programmations graphiques, ce salon organisé par le pôle Special Interest Group on Computer Graphics and Interactive Techniques de l’association ACM – Association for Computing Machinery se déroule du 6 au 11 août avec la présence de près de 300 exposants. 

SquareSoft anime une conférence et dévoile une démo technique d’un jeu Final Fantasy, et ce en 3D. Un réel bouleversement pour la sphère vidéoludique puisque à cette époque les anciens épisodes sont tous en 2D. La présentation de cette démo technique est accompagnée d’une démo jouable présentée à l’aide de la station de travail Onyx de Silicon Graphics. Les médias et la presse spécialisée s’emparent de l’information et annoncent en grande pompe que le prochain Final Fantasy sera en 3D pour une sortie sur Nintendo 64 et ce en toute logique puisque les précédents épisodes ont tous été goupillés sur les consoles de Nintendo.

 

Lors de cette conférence, SquareSoft a immédiatement clarifié la situation en mentionnant qu’il ne s’agissait que d’une présentation technique dévoilant leur nouvelle ligne directrice ; à savoir l’utilisation de la 3D. Pour preuve, sur cette présentation intitulée Final Fantasy VI : The Interactive CG Gameon peut y voir un combat entre des personnages de Final Fantasy VI, à savoir Terra, Shadow et Locke affrontant un golem de pierre en temps réel. Dotée d’une caméra dynamique et présentant des éléments interactifs, cette démonstration impressionne. Toutefois, il n’est nullement fait mention d’un logo Final Fantasy VII avec la présence de nouveaux personnages.

Fort de ce savoir-faire et de la qualité de leur prestation, Squaresoft se décide à utiliser la CG – à base de polygones – pour développer leur prochain Final Fantasy.

SquareSoft, Final Fantasy et le CD-ROM…

Le projet Ultra 64 qui deviendra la Nintendo 64.

De son côté, Nintendo développe le projet Ultra 64 qui deviendra par la suite la Nintendo 64. Pour la firme japonaise, cette nouvelle console prônera le support cartouche au détriment du support CD-ROM. C’est le souhait de Hiroshi Yamauchi – président de Nintendo jusqu’en 2002 – d’imposer le support cartouche, et ce pour plusieurs raisons. Avec un gain de temps sur les chargements, la possibilité de sauvegarder sa partie sans avoir recours à une carte mémoire et un support plus robuste et plus difficile à pirater, les cartouches Nintendo 64 n’ont que des avantages selon Yamauchi. De plus, elles permettent à Nintendo de bénéficier de royalties et d’un coût de fabrication moindre.

Toutefois, si pour Nintendo les cartouches sont un avantage, pour les développeurs c’est au contraire un réel inconvénient puisque le support cartouche ne contient que peu de mémoire. Ainsi, SquareSoft se voit dans une impasse et dans l’obligation de réagir. Développer la technologie 3D via CG sur cartouche relève de l’impossible.

Final Fantasy VII sur Nintendo 64 : Une utopie !

Dans le même temps, Sony développe sa propre console de salon et utilisera le CD-ROM comme support. Pour SquareSoft, la solution est d’ores et déjà trouvée : assurément, ce sera le CD-ROM, une cartouche de jeu Nintendo 64 contenant 64 Mo alors qu’un CD-ROM, lui, peut contenir jusqu’à 650 Mo. Le choix d’opter pour le support CD-ROM par SquareSoft se fait donc logiquement. Quand on sait que Final Fantasy VII pèse 1.32 Go, il aurait fallu 22 cartouches pour le développer sur Nintendo 64…

Dès lors, après six épisodes exclusifs sur les consoles Nintendo, Final Fantasy VII est annoncé le 12 janvier 1996 en exclusivité sur PlayStation. La licence Final Fantasy devient une exclusivité pour les prochains épisodes sur les consoles de Sony au grand dam de Nintendo et de sa politique de l’utilisation des cartouches. Ainsi, Final Fantasy VII n’a jamais été initialement prévu sur Nintendo 64 pour être plus tard, comme l’on avancé de nombreuses rumeurs et légendes, abandonné au profit d’une sortie sur PSOne… Cependant, une question reste en suspens… Qu’en est-il de cette démo jouable en CG de Final Fantasy VI présentée par SquareSoft lors du SIGGRAPH en 1995 ? Pourrons-nous aussi y jouer dans un avenir proche ? Peut-être les bases d’un possible remake de Final Fantasy VI ?