Bionic Commando : censuré ou presque…Histoires du Jeu Vidéo

Rédigé par

Ah, Bionic Commando, que de souvenirs… Ce jeu de plateformes, édité par Capcom et sorti en 1987 sur bornes d’arcade est devenu mythique au fil des années au point de débarquer sur presque toutes les consoles de l’époque, de l’Amiga à l’Atari ST en passant par le Commodore 64 et surtout la NES dont la version sortie sur cette dernière a fait polémique. En effet, la version japonaise sortie sur NES en 1988 comportait un contenu des plus explicites faisant référence au nazisme… Pour la sortie du jeu aux Etats-Unis, une politique de censure made in Nintendo a été opérée mais avec un oubli de taille.

Bionic Commando met en scène un soldat, nommé Super Joe ou Radd Spencer suivants les versions, armé d’un pistolet et surtout d’un bras bionique. Ce bras bionique permettra à Bionic Commando d’innover dans le jeu de plateformes. Ainsi, ce dernier est l’un des seuls jeux du genre où il est impossible de sauter. Afin d’atteindre des plateformes supérieures, on utilisera le bras bionique qui peut s’allonger comme grappin. C’est avec cette innovation que Bionic Commando se démarquera des autres jeux et influencera même d’autres franchises devenues mythiques comme la série des Metroid par exemple ou encore celle des Castlevania.

Revenons-en maintenant à la polémique qu’a créé Bionic Commando et surtout sa version japonaise NES sortie en 1988. Baptisée Top Secret: Hitler no Fukkatsu (Top Secret : La résurrection d’Hitler), cette version du soft voyait le héros combattre une horde de nazis avec comme boss de fin Adolf Hitler. Pour la sortie américaine de Bionic Commando, Nintendo décida sagement de censurer les références au nazisme : les croix gammées sont remplacées par des emblèmes en forme d’aigle et les nazis se font appelés BADDS. Enfin, le boss final du jeu change de nom pour s’appeler Master D.

Cependant, les censeurs de Nintendo ont oublié un élément de taille puisque le visage du boss final n’a pas été modifié… et le look particulier qu’il arbore ne laisse aucune doute sur son identité…

Pour conclure, je vous invite naturellement à regarder et juger de la qualité de la censure sur Bionic Commando :