• Développeur : Tri-Ace
  • Editeur : Square Enix
  • Site Web : PAL
  • Version testée : PlayStation 3
  • Classification :
    Sigle âge 12 ans et plus
    Francaise : 12/02/2010
    Americaine : nc/nc/nc
    Japonaise : 04/02/2010
  • Existe aussi sur PS4 - XBOX 360 - Steam
  • PEGI :
    Violence : jeu contenant des scènes de violentesGrossièreté de langage : jeu contenant des expressions vulgaires

Star Ocean : The Last Hope

Rédigée par

Après un Star Ocean : Till The End of Time sublimant la PlayStation 2 en 2004, Tri-Ace, célèbre pour ses nombreux jeux de rôle, pond en 2009 sur Xbox 360 Star Ocean : The Last Hope. Un an plus tard, le studio japonais livre une version PlayStation 3 contenant des améliorations. Avec un retour aux origines pour les plus nostalgiques de cette série, ce quatrième opus arrive sur la console de Sony avec la mention « International » et avec un simple objectif, celui de remplir un catalogue en manque de RPG et surtout de rivaliser avec les mastodontes du genre.

Le décor est planté !

Edge Maverick et la belle Reimi

Edge Maverick et la belle Reimi

Star Ocean : The Last Hope démarre à la fin de la Troisième Guerre Mondiale, après une orgie de bombes nucléaires déchirant le ciel et balafrant à tout jamais la planète Terre. Suite à ce cataclysme sans précédent, et après une armistice au nom de la survie et du repeuplement, les Grandes Nations Unies sont créées. Les premiers essais spatiaux sont concluants et l’AUST (Administration Universelle des Sciences et de la Technologie) met en place un programme, le projet FRS, afin de découvrir d’autres planètes au-delà du système solaire. Votre mission : sauver la Terre et son peuple. Vaste programme. Vous êtes Edge Maverick, un jeune terrien âgé de 20 ans qui participe à la mission de la FRS (Force de Reconnaissance Spatiale). Son objectif est d’explorer l’univers et de trouver les ressources nécessaires pour sauver la planète Terre. Vous prenez donc le contrôle du potentiel sauveur de l’humanité, accompagné par son amie d’enfance Reimi Saionji, terrienne elle aussi et âgée de 19 ans.

Vous embarquez à bord du vaisseau spatial Calnus, tandis que quatre autres vaisseaux vous accompagnent dans l’espace. Toutefois, votre voyage va connaître quelques péripéties puisque après avoir percuté un objet, vous atterrissez en catastrophe sur une planète. Mais la chance vous sourit puisque cette planète du nom de Aeos est celle sur laquelle vous deviez débuter l’exploration. Seule ombre au tableau, les quatre autres navettes vous accompagnant connaissent des difficultés diverses… C’est donc après un atterrissage forcé que l’aventure débute à bord d’un Calnus sérieusement endommagé mais dont les occupants sont intacts.

Vers l’infini et l’au-delà !

Star Ocean : TLHI se déroule plusieurs siècles avant le premier Star Ocean

Star Ocean : TLHI se déroule plusieurs siècles avant le premier Star Ocean

Star Ocean : The Last Hope International vous fera parcourir de nombreuses planètes avec comme but la découverte de ressources nécessaires à la survie de la planète Terre et de son peuple. Au fur et à mesure, l’histoire prendra un rôle prépondérant tout en vous faisant voyager. Si dès le début une certaine mélancolie vous prendra à la gorge, après 20 heures de jeu et le scénario bien avancé, vous prendrez un véritable plaisir à arpenter chaque planète riche d’un environnement diversifié. Vous pourrez sympathiser avec les populations locales et n’oublierez pas d’acheter des équipements et de refaire votre stock de produits de soin sans oublier de récolter au passage de nouveaux équipiers. Ce n’est que plus tard, une fois votre groupe constitué, que la trame scénaristique deviendra plus complexe et par conséquent plus passionnante. C’est un fait, mais chaque jeu de rôle a tôt ou tard son moment de rodage (autrement dit son moment d’ennui) en plantant les bases du scénario. Celui de Star Ocean TLHI se révèle certes poussif mais deviendra de plus en plus intense.

Origines de la saga obligent, les plus nostalgiques d’entre vous et surtout ceux ayant déjà joué à un épisode de la série ne manqueront pas de remarquer les nombreux clins d’œil du titre aux premières découvertes de l’homme dans l’espace posant donc les bases de la série développé par Tri-Ace en 1996.

Poupée de cire, poupée de son

Le design des personnages pourra déplaire...

Le design des personnages pourra déplaire…

Edge Maverick tout comme ses co-équipiers font dans le cliché le plus total et le plus absurde ! Si vous n’appréciez pas les visages sans expressions, vous aurez des nausées puisque Star Ocean : The Last Hope use de personnages de porcelaine sans imagination. Côté clichés absurdes, on retiendra le bourrin, le jeune blond adolescent accompagné par son amie d’enfance, sans oublier la fille-chat et la fille ayant une poitrine disproportionnée… Des personnages certes attachants et ayant une propre histoire mais dotés d’une niaiserie des plus rébarbatives depuis la création du jeu de rôle. Pour être clair, Star Ocean TLHI assume son côté kitch à souhait mais parvient à s’en sortir avec brio. Rien n’est laissé au hasard puisque tout au long de l’aventure, vous pourrez suivre avec attention les histoires des personnages en parallèle de la trame principale.
Hormis ce côté poupée de cire, chacun des neuf personnages a ses caractéristiques propres ce qui permet de maintenir le sentiment de nouveauté tout au long du jeu notamment lors des combats. Certains personnages sont prédisposés aux combats au corps à corps, d’autres aux combats de loin, ou encore à l’utilisation de la magie (appelée ici symbologie). Ainsi, si les personnages sont dotés d’un manque de vie profond rappelant des poupées de porcelaine, Tri-Ace a bien joué le coup en les différenciant tous les uns des autres tant sur le plan physique que moral mais aussi au niveau de leurs techniques de combat.

Ready ? Fight !

Le système de combat en temps réel est toujours présent

Le système de combat en temps réel est toujours présent

Depuis toujours, Star Ocean cultive le combat en temps réel afin de donner une impression de dynamisme, de plaisir, de puissance et de liberté. Star Ocean : The Last Hope ne déroge point à la règle puisque chaque combat auquel vous prendrez part sera certes dans un champ restreint mais assez vaste pour que vous puissiez avoir la place d’enchaîner divers combos. Lorsque vous êtes sur la carte et que vous voyez un ennemi, vous avez le choix d’aller vers lui (et donc de déclencher le combat) ou de l’esquiver. Quand le combat débute, deux engagements vous sont proposés : celui de l’attaque préventive, c’est à dire que vous avez l’avantage ou bien celui de l’attaque surprise, les adversaires ont l’avantage. Inutile de vous dire que c’est en vous jetant sur votre adversaire sur la map que vous aurez l’avantage sur eux en les prenant par surprise.
Une fois le combat enclenché, vous prenez le contrôle d’un compagnon parmi vos quatre personnage. Bien entendu, vous pouvez switcher à tout moment pour en choisir un autre. Si les mouvements d’attaque, d’esquive et de saut sont les bases, il ne faut pas oublier les combos qui se révèlent diablement plus efficaces. En effet, vous pourrez user de sorts et autres combos dévastateurs sur vos ennemis mais il faudra au préalable les avoir acquis et sélectionnés via le menu des compétences. Toujours dans un sentiment de dynamisme, vous pourrez avec un bon timing déclencher des attaques-éclairs qui feront perdre l’équilibre à votre cible tout en lui infligeant des dégâts. Il vous sera aussi possible de suspendre le temps et d’afficher à l’écran un sous-menu afin que vous puissiez au choix fuir, vous soigner ou préparer votre tactique. Cette dernière est d’ailleurs très importante même si au premier abord les combats font plus dans la boucherie que dans le tactique. Sur ce plan, Star Ocean TLHI est dynamique et à l’opposé de certaines séries où le tour par tour est présent.

On regrette que les combats soient parfois brouillons

On regrette que les combats soient parfois brouillons

Mais là où cela se corse comme dirait Napoléon (pas taper, pas taper…), c’est ce sentiment brouillon qui parfois empêche une bonne lisibilité des combats. On a tendance à user à outrance des divers combos sans prendre le temps de regarder l’état de nos personnages, ni même de préparer une tactique digne de ce nom afin de terrasser les adversaires ou les Boss qui sont très coriaces et très longs à tuer. Ainsi et malgré quelques soucis de caméra, le système de combat de Star Ocean TLHI est dans la lignée de la série, à savoir très efficace dans son approche, proposant un large éventail de sorts/combos et paradoxalement très tactique sur de nombreux points notamment sur la façon d’aborder un combat (tantôt se ruer vers l’ennemi sans le ménager, tantôt prendre un certain recul et le défier de loin).
Une fois votre combat terminé, vous engrangerez des points de compétences, indispensables pour faire évoluer votre personnage, mais surtout des objets et des ingrédients de cuisine dans le but de créer vos propres recettes et de ne pas dépenser d’argent dans l’obtention de soins. La création des objets se fait à bord du Calnus en présence d’une personnalité bien connue de la série. À noter aussi le tableau de bonus affiché à droite de votre écran lors des combats. Ce dernier vous permettra d’améliorer votre expérience en bonifiant vos gains ramassés une fois le combat terminé. Cependant, gare à ne pas subir de lourds dégâts sous peine de voir votre tableau de bonus se briser en mille éclats.

Sakuraba et son œuvre : Un plaisir décuplé ?

Un space opéra sublimé par l'OST de Sakuraba

Un space opéra sublimé par l’OST de Sakuraba

Un RPG sans musique c’est comme un matin de Noël sans cadeaux, autrement dit c’est impensable. Sakuraba reprend son rôle de compositeur pour ce nouvel opus et livre des compositions dignes d’un chef-d’œuvre. Si vous ne connaissez pas ce dernier, un détour par la case biographie s’impose. Motoi Sakuraba est un compositeur de musique spécialisé dans les jeux vidéo japonais. On lui doit en tant que compositeur, la série des Tales of, Golden Sun, Baten Kaitos, Valkyrie Profile et plus récemment Eternal Sonata. C’est donc dans des mains de maître que l’OST de Star Ocean : The Last Hope a été orchestrée. Si les musiques de combats et de Boss sont dans la lignée de ce qu’il a produit, c’est-à-dire toujours aussi intenses et puissantes, on se tournera plutôt vers les musiques de donjons qui expriment un sentiment mystérieux donnant au joueur des envies d’exploration. Le thème de l’espace, lui aussi très bien écrit, donnera au soft des airs de space opéra.

 
D’excellentes musiques pour une aventure qui vaut la peine d’être vécue voilà une belle conclusion… Malheureusement, des défauts persistent et ce Star Ocean : The Last Hope doit faire avec. Doté d’une durée de vie faramineuse(comptez 40 heures en ligne droite), certains donjons sont vraiment très difficiles d’autant plus que les points de sauvegarde sont souvent, pour ne pas dire toujours, très espacés.On notera aussi un menu fade et mal optimisé… Et oui, Tri-Ace pense que tous les joueurs sont dotés d’une TV HD… Résultat, sur TV SD ça scintille et les dialogues sont parfois illisibles…

L'avis général

  • Combats dynamiques
  • Musiques intenses et envoûtantes
  • Bonne durée de vie
  • Environnements riches et diversifiés
  • Scénario complet mais...
  • Terriblement niais
  • Dialogues dénués de sens
  • TV HD obligatoire
  • Aucun ajout pertinent
  • Se fond dans la masse des RPG...
Star Ocean : The Last Hope propose des combats très dynamiques et une histoire complète mais mettant un certain temps à s'installer. La trame scénaristique se veut nerveuse, intense mais est assez niaise sur les bords. Une fois cette niaiserie digérée, on se laisse embarquer dans un voyage épique doté d'environnements riches et diversifiés tout en étant bercé par des musiques somptueuses et envoûtantes. Gare toutefois à disposer d'une TV HD afin de profiter au maximum de la qualité du titre qui au final malgré l'appellation "International" ne dispose que de quelques ajouts qui ne justifient pas sa sortie sur PS3 un an et demi après la version Xbox 360.