Mario & Luigi : Superstar Saga + Les Sbires de Bowser

Ce remake n'offre pas une révolution puisque l'essentiel est sauvegardé mais le travail réalisé ici réussit à rendre hommage au jeu originel tout en l'améliorant. Pourquoi s'en priver ?
Les plus
  • Une aventure toujours aussi prenante et drôle
  • Un gameplay dynamique
  • Jouer avec la mythologie Mario
  • Un mode inédit intéressant
Les moins
  • Les déplacements et le changement des pouvoirs
De la 2D à la 2D, remake nécessaire ?

Mario et Luigi vivent des aventures depuis quelques décennies maintenant. De fait, les générations de joueurs s’essayant aux acrobaties du célèbre moustachu n’ont cessé de s’empiler avec les années. Les jeunes générations, plus habituées aux graphismes léchés qu’aux gros pixels qu’affectionne pourtant votre serviteur, ont avec ce remake l’occasion de tester avec le confort visuel de l’époque une grande aventure qui n’a pas pris une ride. Ne boudons pas notre plaisir nous aussi.

2D à 2D

Certes, ce remake ne propose pas une révolution graphique, faisant passer par exemple un jeu 2D à la 3D. D’une certaine manière, tant mieux. Le jeu conserve son intégrité esthétique tout en bénéficiant d’un niveau de détails et d’animations fluides rendant l’expérience vraiment agréable. Le confort les amis, le confort. Si la GBA était une bien belle console, la 3DS lui rend un bien bel hommage en ne ruinant pas par des choix tape-à-l’oeil ce petit polissage. Ouf.

Creuser la mythologie

Des combats dynamiques.

Une des forces de ce Mario, c’est sa capacité à creuser la mythologie originelle du plombier italo-japonais. Le premier opus sur NES posait des bases sans avoir la possibilité de développer quoi que ce soit. Pour ses aventures type RPG, l’homme à la salopette rouge n’hésite pas à nous adresser des clins d’oeil, à nous donner la possibilité de visiter certains lieux comme le château de Peach voire la maison des deux frérots.

Des situations rocambolesques qui s’enchaînent, des parodies, des références plus ou moins déguisées, ce Mario sur 3DS ne déroge pas à la règle de la licence dans le genre RPG : s’amuser dans l’univers Mario. On retrouve ainsi les deux plombiers faire équipe avec Browser, Luigi constamment ignoré ou oublié voire un Mario sortant à peine de la douche. On s’autorise ici des choses qu’on ne ferait probablement pas avec la saga canonique (les jeux de plateformes). C’est une sorte de récréation que se permet Nintendo comme ce que l’on a pu voir avec la saga Wario Ware.

Varier le gameplay

Une belle évolution.

Si le terrain de jeu permet quasiment tous les possibles, Nintendo ne s’en prive pas. Au lieu de servir un traditionnel RPG au tour par tour, le joueur peut réaliser des combinaisons pour faire plus de dégâts voire se protéger. On découvre ainsi les deux frangins se soulever, se jeter et j’en passe.

A côté de ce RPG boosté pour éviter tout ennui, le jeu propose régulièrement quelques pas de côté comme des puzzles, un peu de plateformes, des quizz absurdes, etc. Le gros avantage, au-delà de cette diversification qui prend des airs de laboratoire, c’est la fluidité du jeu. La progression se fait sans problème, pas besoin de faire du level up, ici tout se déroule naturellement comme pour ne pas briser l’immersion dans le jeu. L’aventure vous prendra entre 20 et 25 heures, court pour certains, sans fioritures à mon sens.

De l’inédit bien senti

Alors oui, les graphismes sont plus fins, la jouabilité est parfaite pour la 3DS, le jeu propose une aventure toujours aussi riche et variée que pour le support originel… et c’est tout ? Non. Un mode qui vous prendra 6 à 7h, dénommé Les Sbires de Bowser, offre une réelle plus-value au jeu. Au lieu d’un mode poussif gonflant artificiellement la durée de vie, Nintendo nous livre… une aventure à échelle de goomba.

Le fameux mode spécial goomba.

Un goomba bien ordinaire se retrouve isolé après une attaque du vaisseau de son maître Bowser. Sa mission prend des formes d’odyssée : réunir une armée de sbires pour retrouver l’ennemi juré de Mario. Ce mode bien que suivant la trame de Superstar Saga a sa spécificité. Au lieu d’un tour par tour, on a à faire à un jeu de stratégie où votre groupe va affronter des ennemis qui pourront devenir de futures recrues.

Un peu de stratégie à mettre en place puisque le système repose sur le fameux pierre-papier-ciseau par rapport au type des troupes : aériennes, au sol, à distance. On veillera donc à bien disposer nos personnages avant chaque tour et ensuite… comme pour l’aventure principale, il faudra être vif et dynamique pour augmenter la puissance des coups spéciaux. Nintendo ne nous propose pas un mode au rabais mais une expérience inédite et originale.

 

 

 

Alfoux

, rédacteur

Joueur depuis bien longtemps, je n'ai jamais cessé de jouer mais j'ai changé fréquemment de plateformes. Entamant la trentaine et toujours accro aux pixels (gros ou non), comme quoi tout est possible.