Hotline Miami 2 : Wrong Number

Si vous avez toujours rêvé de massacrer par douzaines des russes tout en étant sous acide mais que malheureusement, c’est illégal dans votre pays (et y’a beaucoup de pays où c’est illégal), Hotline Miami 2 : Wrong Number est fait pour vous. En fait, si vous aimez juste les bons jeux, de ceux qui procurent un amusement continu, sans jamais se relâcher, le tout sur une des meilleures OST jamais composée, vous ne pouvez pas passer à côté de Hotline Miami. Qui plus est, ce Wrong Number se permet d'ajouter suffisamment de nouveautés sans salir le matériau d'origine afin de satisfaire nos pulsions malsaines. Merci Dennaton Games !
Les plus
  • L'OST, argument d'achat à elle seule.
  • Le déluge d'effets visuels et de pixels.
  • De l'action frénétique dont on ne se lasse pas.
  • Le challenge et la rejouabilité (mode Hardcore, rang A+,...).
  • Les nouveaux masques vraiment cools.
Les moins
  • Le bug de l'IA avec des yeux derrière la tête, toujours là.
  • Le scénario un poil trop cryptique.
  • 2/3 masques du 1er opus qui peuvent manquer.

Je me souviens encore de cet Humble Bundle monstrueux composé entre autres du mignon Thomas was Alone, du bizarre Little Inferno et du politiquement incorrect Hotline Miami, petit jeu indé d’action typé arcade qui faisait déjà à l’époque pas mal de bruit. Et Dieu que c’était bon. Et alors que la BO tournait encore en boucle sur mon MP3, voilà qu’un certain Hotline Miami 2 pointe le bout de son masque. On l’aura attendu celui-là ! D’abord annoncé pour l’été 2014, c’est seulement en ce (probablement) pluvieux 10 Mars 2015 que le bébé de Dennaton Games atterrit dans nos ludothèques. Prêt à pénétrer de nouveau dans le monde psychédéliquement sanglant d’Hotline Miami ?

Allô ! Maman, Bobo

Le duo tronçonneuse / flingue est une des meilleures nouveautés.

Le duo tronçonneuse / flingue est une des meilleures nouveautés.

Pour ceux qui n’auraient pas encore franchi le cap, Hotline Miami, c’est un jeu d’action en 2D vu du dessus où le but est de défourailler sec tout ce qui bouge. Pour vous aider dans votre tâche, vous aurez à votre disposition des armes, beaucoup d’armes et des masques, beaucoup de masques. Ces derniers vous procureront divers pouvoirs : l’un vous permettra de rendre vos coups de poings mortels, un autre vous fera démarrer avec une arme et ainsi de suite. Et si dans le premier épisode, le joueur disposait d’une vingtaine de faciès plus ou moins utiles, le nombre est drastiquement réduit dans ce second épisode. Soyez rassurés, on a gardé que le meilleur tout en innovant pas mal avec par exemple la possibilité de démarrer cash avec une arme dans chaque main et de tourner frénétiquement sur soi-même, même si cela résultera le plus souvent sur un décès.

Décès qui surviendra énormément de fois puisque tel le Licence to Kill de la grande époque Goldeneye, un seul coup ou tir d’une arme quelconque provoquera votre mort et celle de vos adversaires. Dans ce cas-là, il n’y a plus qu’à recommencer l’étage du début jusqu’à ce qu’il n’y ait plus âme qui vive dans le secteur. Survient alors le dilemme majeur d’Hotline Miami : prendre son temps pour étudier les patterns ennemis et voir son rang de fin de mission diminuer, ou rusher comme un gros bourrin en faisant grimper sa jauge de combo en priant de ne pas se faire sniper par une IA un poil vénère, voire carrément dotée d’un aimbot dans certains rares cas, bug qui subsiste aussi dans ce second épisode.

Vous feriez mieux de l'écouter...

Vous feriez mieux de l’écouter…

Car si les nouveaux venus seront peut-être surpris du défi proposé, les habitués devront également s’accrocher tant les missions sont plus longues et les pièces plus vastes. Et si vous n’en avez pas encore assez, le jeu propose un New Game + Hardcore qui retourne le niveau en le peuplant d’encore plus d’ennemis, toujours plus coriaces, sans compter les nombreux succès. Autant dire que quelques claviers et manettes risquent de traverser vos écrans, le jeu proposant toujours deux maniabilités tout aussi jouables l’une que l’autre. Cool.

Pour du bon temps, tapez dièse

Vous ne pouvez pas l'entendre, mais la meilleure musique du jeu est ici.

Vous ne pouvez pas l’entendre, mais la meilleure musique du jeu est ici.

« Mais pourquoi massacrer tous ces russes innocents, je les aime bien moi ces gens-là, en plus ils font de la bonne vodka » vous demandez-vous Ô lecteur ? Eh bien déjà parce que c’est drôle, hein. On ne va pas se mentir, Hotline Miami est un des jeux les plus fendards auquel j’ai joué. Si le style pixelisé bien baveux propre aux productions Devolver Digital (Luftrausers, Gods Will Be Watching) pourrait vous rebuter au début, le déluge de sang, de tripes, de boyaux et d’effets visuels rappelle le bon vieux temps où l’épilepsie n’était qu’une légende urbaine, et procure au joueur un sentiment d’exaltation malsaine à chaque ennemi tué. L’action y est frénétique et portée par, disons le carrément, LA meilleure OST typée électro du marché. Une cinquantaine de morceaux piochés çà et là composent la liste musicale exceptionnelle d’Hotline Miami et devrait être un des premiers arguments pour se procurer le jeu.

Hotline Miami 2 est un concentré de dynamisme où tout sert le gameplay sans faire dans la retenue.

Malgré toutes ces qualités liées à la mécanique de jeu, Hotline Miami 2 : Wrong Number n’est pas dénué d’un scénario pour autant, même si celui-ci est plus proche d’un Mulholland Drive que d’un Die Hard. Autant dire que pour saisir toutes les subtilités, il va falloir s’accrocher et probablement finir par lire des pavés entiers rédigés par des internautes en manque de reconnaissance, un peu comme votre serviteur. Mais comme tout le reste avant ça, le scénario lui aussi sert le gameplay. En effet, si dans le premier opus, vous ne contrôliez que deux personnages différents, dans Wrong Number, on est plus proche de la petite dizaine, chacun offrant ses particularités, équivalentes aux masques.

Better Call Dennaton

Eh mais, ça serait pas un Easter Egg ça par hasard ?

Eh mais, ça serait pas un easter egg ça, par hasard ?

Mais alors, Hotline Miami 2 serait un jeu parfait, sans défauts, la lueur au bout du tunnel ? Peut-être. D’autant plus qu’on en attend encore. En effet un éditeur de niveaux ne devrait plus tarder, permettant ainsi à Dennaton Games de passer le relai aux joueurs, ayant annoncé que cet épisode serait le dernier. On pourrait même chipoter et se dire qu’on aurait pu avoir un mode coop, tant qu’à vouloir atteindre la perfection. Mais en l’état, c’est déjà pas mal. Hotline Miami 2 est un concentré de dynamisme où tout sert les mécaniques de jeu sans faire dans la retenue et ça se sent. Et plutôt qu’un Hatred qui fait sa pub sur son immoralité nauséabonde et qui donne aux politiques de nouveaux arguments pour tacler la violence dans les jeux vidéo, Wrong Number en appelle au bon sens en faisant dans l’excès et dans le bon gros trip bien violent aux acides. Et ça, ça fait plaisir.

Onilane

, rédacteur

Rédacteur, musicien, vidéaste amateur et streamer du dimanche. J'avais un pad de NES dans les mains avant d'avoir une tétine dans la bouche, on voit où tout cela mène.