Horizon Zero Dawn : The Frozen Wilds

La plus grosse exclusivité PS 4 de cette année revient dans un très sympathique DLC après un énorme succès critique et commercial. Le constat est simple pour cette extension : elle présente les défauts et les qualités du jeu original. Une exploration bridée face à des combats intenses et une écriture inégale face à d'excellents doublages. En clair, si vous aviez apprécié le voyage avec Aloy cette extension vous ravira sans apporter de gros changements au jeu.
Les plus
  • Toujours aussi somptueux
  • Les combats conservent leur intensité
  • De nouvelles armes sympathiques
  • De nouvelles machines redoutables
  • Une grande région pour une grosse dizaine d'heure de contenu
Les moins
  • Manque d'envergure dans la quête principale
  • N'apporte pas grand-chose à l'univers
  • Moins inspiré dans l'écriture

Il était l’un des jeux les plus attendus de l’année, Horizon Zero Dawn a tenu toutes ses promesses et nous a livré une grande aventure dans un open-world somptueux rythmée par des affrontements dantesques. Loin d’être exempt de tout défaut, le titre s’impose tout de même comme l’un des meilleurs de cette riche année 2017, c’est donc avec grand plaisir que nous retrouvons Aloy à l’occasion de cette extension The Frozen Wilds.

High Grounds

Glissé au milieu du scénario du jeu original (et non à la fin comme on pouvait s’y attendre), ce dlc nous emmène dans une toute nouvelle région située au Nord-Est de la carte, terre du peuple Banuk. Immédiatement cette région nous frappe de sa beauté, ses paysages enneigés, ses montagnes, ses forêts hivernales, Horizon rappelle à tout le monde son statut de claque graphique de l’année. La neige est plus crédible que jamais, somptueuse et dangereuse. Les nouvelles machines nous en mettent également plein la vue (et la tronche) avec leurs incroyables animations et leur folle agressivité.

 

Ces montagnes gelées sont le théâtre d’une histoire malheureusement moyennement inspirée et très inégale. Un virus contamine les machines de la région et les rendent beaucoup plus fortes et agressives alors que les Banuks, la tribu local, lutte comme elle peut face à cette menace. Qui dit nouvelle tribu dit nouveaux personnages, dont les principaux ne sont que de simple archétype cherchant à sauver leur tribu tout en réglant leurs différents personnels. Au final, on a surtout l’impression d’assister à une redite du scénario principal avec une envergure beaucoup plus restreinte et avec plus de facilité d’écriture. Reste quelques affrontements intenses et d’excellents doublages qui compensent cette petite déception. L’histoire prenant place au milieu du jeu, elle n’apporte en plus rien de concret à quiconque aura déjà fini l’histoire principale.

Machine Hunter

Outre cette petite déception au niveau de l’écriture de ce dlc, replonger dans Horizon reste un véritable plaisir. Oui on doit à nouveau se coltiner cette exploration bridée et limitée avec ses parois jaune fluo à escalader, mais on retrouve aussi tout le plaisir des affrontements et du rythme du jeu d’origine. Pour l’occasion, deux nouvelles machines font leur apparition : la grilleuse et la griffe (présente sous deux formes gèle et feu). La griffe est une sorte d’ours polaire particulièrement résistant et disposant d’un vaste arsenal. Bien plus vif qu’elle n’y paraît, elle attaque à distance et peut causer de très lourd dégâts en cas d’erreur de notre part, elle s’impose comme la machine la plus redoutable du jeu. La grilleuse est elle plus compliquée à gérer au départ. Moins résistante, elle est clairement la machine la plus agressive du jeu tout entier. Extrêmement rapide capable de nous tuer en deux coups de pattes, ses points faibles très exposés font qu’avec un peu d’entraînement on finit par l’éliminer rapidement.

L’autre bonne nouvelle c’est qu’il n’y aucun affrontement avec des humains obligatoire dans cette extension. Gros défaut du jeu d’origine, bien trop présent et mal maîtrisé, on ne croise des bandits qu’à l’occasion d’une quête annexe et d’un camp à nettoyer. Une nouvelle zone de chasse, la plus difficile du jeu, est disponible et met à l’honneur les trois armes inédites de ce contenu additionnel : Le souffle de Forge, le Foudroyeur et le Rail de Glace. Sans être indispensables, elles sont une addition bienvenue à un arsenal déjà très complet et versatile.

 

Dans ses montagnes gelées et hostiles, The Frozen Wilds est une belle addition à une aventure déjà conséquente. Sans briller par son écriture et sans apporter beaucoup au background de l’univers, il n’en reste pas moins un bon moment à passer pour quiconque aura apprécié le jeu d’origine. Il n’y a que très peu de raisons de ne pas replonger aux côtés d’Aloy pour cette aventure d’une dizaine d’heures qui présente son lot de contenus supplémentaires et un challenge relevé. En attendant une suite qui on l’espère corrigera les défauts du jeu d’origine.

Toothpick

, rédacteur

Rageux du framerate au bon goût auto-prononcé. Du genre à acheter une Vita quand la hype est autour de la Switch.