[Critique] Dragon Quest Builders (Switch)

Square Enix nous fait l'honneur de sortir son jeu de construction sur Nintendo Switch, et le fait avec brio. Fluide, relativement beau, Dragon Quest Builders s'avère être un excellent jeu de construction/aventure, le tout à emporter.
Les plus
  • Portage réussi
  • Bonne gestion de la caméra
  • Minecraft-like avec sa propre identité
Les moins
  • Trop de blabla
  • Des combats mous
  • Manque d'options
Construction à emporter

Construction à emporter

C’est beauuuu

Pour mettre tout de suite les pieds dans le plat, nous allons parler du plus important pour un portage : la technique. Nos premières impressions dans notre preview se sont confirmées, c’est diablement fluide sur la console Nintendo. Côté graphisme, le constat reste également inchangé. C’est relativement beau, surtout pour la puissance de la console.

En revanche, la taille de la police de caractère est le seul point sur lequel nous resterons mitigés. Trop petite et non réglable, de longues sessions auront raisons de vos yeux. Le mapping des touches est également toujours aussi agaçant tellement il ne suit pas la logique habituelle. Nous aurions aimé pouvoir le changer, mais impossible.

La gestion de la caméra quant à elle est une très bonne surprise. Elle est étonnamment bien gérée. Elle passera même parfois à la première personne dans les endroits exigus.

Construction et baston

Assez de technique, passons à l’expérience du jeu à proprement parler. Pour résumer vulgairement, Dragon Quest Builders est un Minecraft-like mélangé à un RPG lite japonais. Si on le compare à son grand frère, Dragon Quest Builders mise sur la scénarisation, sacrifiant quelque peu les possibilités de construction.

Le crafting c’est pas si dur !

Square Enix a inclus dans son jeu quelques astuces bien pensées permettant de guider le joueur dans sa progression, voir même de la simplifier. La progression se fait via des mini quêtes données par des PNJ, généralement des habitants de votre village. Jusque-là on reste dans le classique. Ces mini quêtes donneront l’occasion à votre personnage d’apprendre à construire toute sorte de choses allant du crafting de matériaux, de soin, de nourriture jusqu’aux armes et armures. Il suffira alors d’avoir les éléments nécessaires à votre nouvelle création, et de vous servir d’un établi ou tout autre espace de travail dédié. C’est simple, mais efficace.

Un tuto accessible à n’importe quel moment.

Vous l’aurez compri, construire ne sera pas compliqué. Une fois vos objets créés, vous pourrez construire des salles telles qu’une chambre, une cuisine, une armurerie, des bains et j’en passe. Certains PNJ vous demanderons de construire une salle spécifique dans le cadre d’une quête. Pour cela, il vous fournira la plupart du temps un plan de construction. Cette fonctionnalité est très astucieuse. Vous n’aurez qu’à « poser » le plan sur le sol et mettre dans chaque case les objets nécessaires. Petit point noir, si vous posez un plan à un endroit ou le mur existe déjà, il sera nécessaire de détruire le mur et de le recréer pour que celui-ci soit considéré comme valide pour la quête. Dommage. Petit bonus, ces salles permettront aux habitants de faire eux même du craft et déposerons leurs créations dans un coffre. Plus besoin de faire la cuisine !

Ceci est votre immense royaume…

Concernant la construction de votre village, vous ne disposerez que d’un espace sécurisé limité. On est très loin des dimensions pharaoniques de création qu’offre Minecraft. Il y a également peu de possibilité de construction souterraine. De même, la gestion de l’eau ou même de la lave est très limitée Pas de cascades, nous auront uniquement droit à des étendues d’eau. Le vrai plus du village seront les PNJ qui apporteront un peu de vie dans ce monde.

 

Bastonnnn

En dehors de la dimension construction et crafting, nous devons également mentionner les combats. Ceux-ci sont très simplistes et auraient pu bénéficier d’une profondeur de gameplay supplémentaire. Pas d’esquive, pas de parade, on se contente de se déplacer et de marteler le bouton d’attaque. C’est d’autant plus dommage que le bestiaire est assez varié.

 

 

On repart de zéro

Wesh t’as pas vu mon village ?!

Parlons maintenant de l’histoire. Celle-ci est très simple et classique, il y a un grand méchant qui a tout corrompu, et vous êtes l’élu qui doit restaurer l’ordre. Pour cela, vous allez devoir reconstruire le village de la zone. Les anciens habitants voire même les passants du coin s’empresseront de venir squatter et de vous donner des ordres quêtes. La majorité des quêtes seront très simples, et consisteront à aller chercher quelque chose, construire un bidule, ou d’aller secourir machin. Pas très passionnantes, elles auront tout de même le mérite d’être expéditives participant ainsi au dynamisme du jeu.

Vos sessions de jeux seront rythmées par l’alternance jour/nuit. De manière générale, la nuit vous dormirez pour ne pas avoir à affronter plus de monstres. Ne comptez pas profiter de la nuit pour construire votre base, pour pouvoir partir à l’aventure la journée : la nuit de petit fantômes bien agaçant appaissent et vous pourchassent même dans votre petit havre de paix.

Le jeu est constitué de quatre chapitres. A chaque changement de chapitre, vous accéderez à une nouvelle zone, abandonnant ainsi votre village, vos compagnons et tous vos objets. Un peu surprenant au début, cela ne s’avère pas gênant tant la progression est rapide.

Chaque zone est conclue par un boss qui vous attaquera. Ces derniers sont assez originaux, et la manière de les battre variera à chaque chapitre.

Dragon Quest Builders réussit son portage sur Nintendo Switch. Le titre est très adapté au mobile, de par sa bonne gestion de caméra, et la possibilité de faire de petites sessions de jeu. Beaucoup le résumeront à un certain Minecraft, mais nous vous garantissons qu’il a bien sa propre identité.

KaaClick

, administrateur système

Homme de l'ombre de l'équipe et PCiste revendiqué. Mes drogues sont les FPS exigeants et les jeux indés.