[Critique] Dead or Alive 6

Dead or Alive revient avec une nouvelle monture actualisée visuellement et avec quelques ajouts la rendant encore plus accessible. En effet, l'ajout de la touche de Super permettant de sortir facilement un combo puissant, un super-contre ou une super-attaque donne aux nouveaux joueurs de quoi s'amuser directement, sans pour autant pouvoir en abuser, celle-ci étant limitée par une barre d'énergie .Du côté des déceptions, on retiendra surtout l'inexcusable absence du mode Tag Battle, qui apportait énormément de fun en multijoueur.
Les plus
  • Modes de jeu complets et variés
  • Visuellement superbe
  • Plus accessible grâce à la barre de Super
  • Décors interactifs
Les moins
  • Absence du mode TAG Battle
  • Moins fourni que DOA LR en contenus
  • De nombreux DLCs à venir...
  • Customisation un peu simpliste

Une recette toujours aussi complète !

Dead or Alive 6 ne révolutionne ni le genre, ni la série, et les habitués sont en terrain connu dès les premières minutes de jeu. Pour ces modes de jeux, DoA se montre très clair et très complet :

Un mode Histoire moins linéaire

Vous avez d’abord les modes Histoires et Quêtes, mis en avant dès le menu principal. Le premier vous invite à parcourir l’histoire du 6ème tournoi, par le visionnage de nombreuses scènes faites avec le moteur de jeu amenant généralement sur un ou plusieurs combats. Celui-ci est moins linéaire grâce aux scénarios annexes se débloquant simultanément aux épisodes de l’histoire principale. On regrette malheureusement les temps de chargement entre chaque épisode qui cassent un peu le rythme.

Le mode Quête est quant à lui une série de défis, proposés par le nouveau personnage féminin de ce nouvel opus : NICO. Vous devez gagner le combat en répondant aux 3 conditions données parmi lesquelles : gagner en moins d’une minute, bloquer deux coups hauts, etc.Un bon moyen de mettre en pratique les différentes techniques du jeu sachant que l’on a la possibilité de visionner un tutoriel nous expliquant le coup à sortir pour gagner le défi. Remplir une condition d’un défi vous débloque divers bonus comme des informations dans l’encyclopédie DoA, ou, lorsque vous avez les 3 conditions, de l’argent virtuel donnant accès au différents costumes de nos combattants.

NICO qui vous accompagnera dans le mode Quêtes

Vous avez ensuite les très habituels modes « versus » « arcade » « contre-la-montre » et « survie ». Et pour ceux qui souhaitent se lancer corps et âme dans la compétition, Dead or Alive 6 dispose de 4 modes d’entraînement, vous permettant de vous entraîner librement ou de tout apprendre sur le gameplay du jeu, du coup de base aux subtilités. Vous aurez également la possibilité de tester tous les coups de votre personnage favori dans un défi combo, avec à chaque fois la possibilité d’avoir un exemple vidéo. Bref, à eux seuls, il y a de quoi tenir un bon moment.

On finit par les modes « En ligne » et DOA Central, qui regroupent les différents bonus du jeu, comme la customisation des personnages (on ne peut plus simpliste : choix de la tenue, des lunettes, coupe de cheveux et… c’est tout), ou la possibilité de visionner des replays de ses matchs. Comme dit dans l’introduction, le mode TAG Battle n’est plus présent, et on ne peut être qu’étonné par cette décision, tant ce mode était apprécié en multijoueur.

Arrête de me mâter !

Un éclairage et des effets visuels très réussis!

D’un point de vue visuel, on a enfin le droit à une refonte des personnages avec des filles légèrement mieux proportionnées et un look général plus réaliste. Le côté sexy est également moins présent, avec toujours quelques costumes légers, mais en costume alternatif. La Team Ninja explique ce changement par l’envie d’être plus présent sur la scène e-sport avec une diffusion plus simple des matchs sur les différents réseaux de partage. On retrouvera malgré tout une option “rebond” dans le menu, réglant ainsi la physique corporelle des combattant(e)s…

 

Le jeu est très joli, que ce soit les personnages ou les différentes arènes , la Team Ninja maîtrise son nouveau moteur et nous régale en détails : les combattants se salissent, suent, se font arracher leurs vêtements… Bref, l’effort fourni par le protagoniste se remarque facilement en fin de combat.La team Ninja laisse d’ailleurs le choix au joueur de choisir entre deux configurations : l’une axée sur le framerate et l’autre axée sur les graphismes.

Du fun pour tous ?

Un effet cinématographique vient accentuer les coups spéciaux

Ce nouvel opus mise tout sur l’accessibilité et espère bien rassembler joueurs confirmés et nouveaux venus avec l’ajout de la touche « spéciale » en pressant la gâchette droite : 4 fois pour effectuer un combo facilement, ou une fois avec une direction, avant ou arrière, en ayant rempli sa barre de Super pour sortir un coup spécial ou pour faire un super-contre. Cette simplification donne des matchs impressionnants, même pour les nouveaux venus, sans pour autant casser l’équilibrage et le gameplay du jeu.

Un très bon point.

 

DRIZZT

, rédacteur

Je suis passionné par tout ce qui concerne le jeu vidéo et plus particulièrement SEGA. Infographiste de métier, je travaille sur mon temps personnel sur des projets de jeux vidéo indés comme Planet³.