[Critique] Super Mario Party

Ce Mario Party fait son travail avec malheureusement un peu de paresse. On retrouve les travers de la licence qui assiste beaucoup les joueurs et chamboule parfois tout sur le fait du hasard; mais également des concepts vus et revus et rarement innovants. Résultat, on s’amuse, un peu, mais pour combien de temps ?
Les plus
  • Une belle réalisation
  • Des jeux simples et accrocheurs
Les moins
  • Une formule qui peine à innover
  • Les jeux ne sont pas innovateurs
  • Peu de maps
  • Trop de hasard tue le jeu
On se fait un petit jeu de l'oie sauce big-N ?

Il y a de ces jeux que l’on connaît depuis des années. Ces licences que l’on attend même au fil des ans et des générations de console. Mario Party est clairement un modèle du genre avec ses apparitions régulières dans nos salons ou sur nos portables. Si le marronnier de Nintendo ne déroge pas aux bonnes vieilles habitudes, est-il toujours à même de nous procurer notre dose de fun à plusieurs ?

Eternel jeu de l’oie

Le traditionnel déplacement type jeu de plateau.

Pour les ignorants ou les plus jeunes d’entre nous -ou les deux – Mario Party est une licence qui reprend le principe du jeu de l’oie en l’adaptant aux possibilités du jeu vidéo. Un plateau, des participants, un dé à jeter et une foule de mini-jeux pour gagner ou perdre des points (des pièces en l’occurrence).

Les coups bas sont toujours de rigueur. On peut perdre honteusement ou gagner tout aussi fourbement des pièces. La différence se fait via des épreuves qui demandent de la rapidité, de l’agilité voire un peu de mémoire. Bref, des concepts simples mais fédérateurs pour ne laisser personne sur le bas-côté. Une vidéo explicative, ou même un entraînement, met tout le monde à jour.

Une formule efficace mais toujours aléatoire

Des épreuves relativement variées.

La version Switch reprend grandement les acquis précédents. Certes, on lance un dé mais on peut également filouter un peu en volant des étoiles à ses amis contre quelques pièces ou encore en achetant de temps en temps des items pour désavantager nos adversaires : par exemple un petit tuyau nous faisant avancer de plusieurs cases.

Le décompte des pièces en fin de partie est toujours un peu injuste, histoire d’alimenter la mauvaise foi entre amis. En effet, le parcours terminé, on fait la somme des pièces collectées via les jeux mais on va également recevoir des pièces récompensant des performances réalisées comme par exemple avoir le plus de partenaires. C’est aléatoire, ça change à chaque fois et ça fait rager. Mauvais joueur s’abstenir.

Des modes plus ou moins innovants

Nintendo innove dans la retenue. Le mode “Mario Party” est là pour nous faire jouer à quatre, via les Joy Con. En effet, impossible de jouer en mode portable, il faut nécessairement détacher les petites manettes. A côté de ce grand classique, petite innovation avec le mode Duos permettant de jouer à deux contre deux. C’est peu ou prou la même chose bien que certains modes jouent plus sur la rapidité des épreuves, ultra courtes, que le mode originel. On se rapproche de Wario Ware.

Concernant le mode Online, on ne peut s’exercer qu’à dix mini-jeux, ce qui est peu par rapport aux 80 créations de ce nouvel opus. Du coup, petit raté à ce niveau là, pour un retour au traditionnel mode local, encore faut-il trouver trois partenaires car clairement on ne joue pas à Mario Party seul, c’est triste (et ennuyeux).

Un contenu parfois maigre, des arrivées et des départs

Mais un brin répétitives.

Sinon, le mode classique propose quatre plateaux pour 25 cases à chaque fois. C’est relativement peu au final. Sachant qu’un jeu comme celui-ci se joue beaucoup sur la répétition, il y a un risque de s’ennuyer assez rapidement si l’on cherche un peu de fraîcheur.

Au rang des oubliés, il y a hélas un peu de monde. Le mode Décathlon de Mario Party 5 ou le mode festival de Mario Party 8 ne sont plus. Certains mini-jeux particulièrement funs comme l’hélico twist de Mario Party 6 ou les capsules de Mario Party 5 sont de lointains souvenirs.

Certes, les mini-jeux présents font globalement le job mais pour ceux qui connaissent la licence, on ne trouve rien d’exceptionnel. On a surtout l’impression de tourner en rond, de refaire le même jeu encore et encore. Je comprends qu’il soit compliqué d’innover, mais tout de même.

Prenons deux exemples. Un jeu nous propose d’esquiver les tirs de bombes d’un joueur en se déplaçant sur une grille. Un autre de frapper dans la bonne combinaison de balles le plus vite pour gagner, à la manière de Simon. C’est sympa mais fun… tout de même, on est en droit d’attendre plus.

Alfoux

, rédacteur

Joueur depuis bien longtemps, je n'ai jamais cessé de jouer mais j'ai changé fréquemment de plateformes. Entamant la trentaine et toujours accro aux pixels (gros ou non), comme quoi tout est possible.