ARMS

Encore une fois, Nintendo invente un jeu totalement novateur qui reprend les codes des jeux de boxes et qui les transforment suffisamment pour en faire un style à part. Si Nintendo cherche à pousser le côté combatif et sportif du jeu, il est encore trop tôt pour se prononcer sur cet aspect. Si le jeu n'est pas exempt de défauts, il y a de fortes chances qu'il suive le même que Splatoon, avec des mise à jours gratuites qui vont enrichir son contenu. Un premier essai qui a de forte chance de se transformer en futur succès !
Les plus
  • Univers attachant / Personnages charismatiques
  • Multitude des contrôles possibles
  • Bande son dynamique et rafraichissante
  • Multijoueurs efficace et à plusieurs en local
  • Multijoueurs en ligne complet
Les moins
  • Background relativement peu poussé
  • Impossibilité de sauver ses replays
  • Contenu solo assez pauvre
Arms, c'est plutôt boxe ou combat classique ?

De la castagne en veux tu en voilà !

à 4 c’est le foutoir !

Lors du Nintendo Direct du 13 janvier, les joueurs sont surpris à l’annonce du titre sans pour autant crier au scandale. La plus grosse crainte vient alors de sa similitude apparente avec le jeu de boxe dans Wii Sports. On craint un jeu casual et loin d’être ambitieux, tout comme l’a été 1, 2, Switch… Pourtant ARMS est aux antipodes du gameplay du jeu de sports signé Nintendo près de dix ans auparavant. Mis à par le type d’armes Gants, la comparaison s’arrête là. Car pour que le gameplay du jeu soit efficace, le joueur doit appréhender la distance qui le sépare de son adversaire, bien plus grande que dans les combats rapprochés d’un Ready To Rumble 2 par exemple. Les armes ont d’ailleurs chacune leurs fonctionnalités qui les rends uniques et sont, aux termes de plusieurs heures de jeu, déblocables pour chacun des personnages. Grâce à cela, chaque joueur pourra jouer son personnage favori sans fustiger l’arme de ses adversaires. Ceci-dit, chaque personnage est lui aussi unique et possède deux capacités spéciales. Ribbon Girl peut par exemple effectuer un double saut ou revenir très rapidement sur le sol. Mechania, elle, peut flotter un court instant dans les airs et n’est que peu affectée par les coups de ses adversaires, la rendant ainsi difficile à étourdir.

Le grosse inquiétude d’un tel concept est de savoir s’il est suffisamment profond et riche pour permettre de s’amuser dans le temps. Il est difficile de se prononcer pour le moment. Comme un Super Smash Bros à son époque, seul le temps nous démontrera si les joueurs accrocheront sur la durée. Le côté abordable du jeu étant déjà acquis, le caractère compétitif peut lui aussi aider à cet objectif. Il est cependant trop tôt pour entrevoir une tier-list ainsi qu’un metagame intéressant. Les objets font débats car comme dans tous jeux, ils apportent de la technique tout en ajoutant de l’aléatoire si peu cher aux joueurs compétiteurs.

Élastique et esthétique

C’est moi qui est le plus long…

Le jeu vous propose d’endosser la peau d’un des combattants hauts en couleur et surtout armés de bras extensibles. L’univers particulièrement loufoque et les designs attachants des personnages rappellent aussi bien l’esthétique d’Overwatch que la folie de Power Stone. Les combattants sont suffisamment différents pour que chaque joueur se trouve un favori malgré leur faible nombre qui sera rattraper plus tard dans l’année. La bande son est entraînante et participe grandement à dégager cette sensation de bien être et de vacances que l’on ressent en jouant. Il s’agit aussi du premier jeu Nintendo ambitieux uniquement conçu pour la console et la technique rassure. Surtout que le poids du jeu est relativement faible, ce qui se ressent au niveau des faibles temps de chargements.

Tout comme Splatoon, le côté comique est ici apporté par un commentateur simpliste et complètement hors sujet, ne ressemblant à aucun personnage du jeu. Sa présence reste toute fois limitée tout comme les transitions entre chaque match du mode grande prix. Surprise de taille, les combattants parlent dans la langue de Molière ce qui n’est malheureusement pas du meilleur effet pour certains d’entre eux.

Un titre tourné vers l’avenir

En route pour la gloire !

ARMS fait parti des licences fraîchement sorties de la nouvelle génération de créateurs chez Nintendo. Si elle trouve sa place chez les joueurs, nul doute que Nintendo lui proposera le même traitement que pour Splatoon. C’est à dire que des mises à jours sont prévues tout au long de sa première année de commercialisation et qui viendront ajouter du contenu tel que des nouveaux personnages, des arènes et de nouvelles armes.

Si la composante gameplay se trouve finalement suffisamment riche pour voir émerger un metagame intéressant, alors Nintendo devrait se servir de cette licence pour promouvoir sa marque lors de futurs événements et salons. Nous ne savons pas encore si les futures mises à jour du jeu procéderont à des réajustement des capacités et coups des personnages comme cela avait été le cas pour les derniers épisodes de la série Super Smash Bros..

ARMS est un titre prometteur, qui fait bien ce qu’on lui demande ! Mais bon, le concept reste encore à prouver sur le long terme. Il prend tout son sens à plusieurs et les parties à quatre sont de vraies réussites. Le jeu en ligne est également une bonne surprise en étant complet et réactif. Des nouvelles licences comme on aimerait en voir plus souvent !

Gorn

, chef de projet

Passionné par le Web et les jeux vidéo, je suis l'initiateur et développeur du projet Culture Games. Je suis également chef de projet pour le site Ssb-Experience, référence sur la série Smash Bros. Collectionneur dans l'âme avec une machine de prédilection : La N64 !