Vidéo : adjectif invariable de m@#%*Capsule Technique

Rédigé par

Je m’insurge, oui je le dis haut et fort, je n’en puis plus. Je peux tout à fait comprendre l’engouement de certains pour le support vidéoludique, l’emballement du jeu vidéo comme on dit, une passion dévorante pour la culture de la sphère du divertissement multimédia. Un amour tel qu’il dépasse les frontières de la raison et de la bienséance. Mais s’il vous plaît, une fois pour toutes, n’accordez plus jamais l’adjectif invariable vidéo.

Pourquoi ce coup de colère si soudain ? Parce qu’après avoir lu une myriade d’absurdités sur la toile francophone, je ne peux que m’indigner face au mépris de certains journaleux quant à la langue de Richelieu (faut pas plaisanter avec Riri, il a quand même créé l’Académie Française le cardos). Néanmoins, il en est de même pour les aficionados du joystick… Enquête.

Pour la petite histoire…

larousse

Bien qu’on la retrouve dans Questions pour un Champion, elle est aussi l’effigie d’ouvrages que je ne pourrais que trop vous conseiller !

J’en vois déjà certains fustiger avec la réforme orthographique de 1990 : « Oui, les deux graphies sont acceptées… » Alors certes, bien qu’il existe une nouvelle règle pour les mots empruntés, notamment une section sur le singulier et pluriel (p. 10, chapitre I, section 6, partie 2), la définition du mot vidéo n’a pas changé,  il s’agit encore d’un adjectif invariable. Ma source sera l’outil développé par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales :

 

 

 

 

 

II. − Adj. inv. [Corresp. à supra I A]
Jeu vidéo. Synon. de vidéo-jeu (s.v. vidé(o)-).Le circuit intégré, on le retrouve en effet dans les calculatrices électroniques, les montres à quartz, les jeux vidéo (Le Point, 6 févr. 1978, p. 98, col. 3).

On prendra le temps de remarquer que jeu vidéo s’écrit sans trait d’union. Trait d’union, qui je le rappelle, se place pour les noms composés (Lézarde-à-l’ombre-des-arbres par exemple, personnage issu du jeu Morrowind, se définit comme nom composé). Or ici, jeu vidéo n’en est pas un, en effet :

un mot composé est une juxtaposition de deux lexèmes libres permettant d’en former un troisième qui soit un lemme (« mot ») à part entière et dont le sens ne se laisse pas forcément deviner par celui des deux constituants.

L’explication peut sembler barbare certes, lexèmes, lemme, mais l’idée est là. Jeu vidéo ne peut pas être un nom composé car il s’agit de jeu, donc une activité ludique et interactive, se déroulant sur un support vidéo.

Du mépris des acteurs de l’actualité

nathanael_de_rincquesen

Oui Nathanaël, je pense aussi à toi quand tu ne sais pas prononcer un acronyme…

Le jeu vidéo est une thématique qui a souvent été dénigrée, voire critiquée par les médias aux heures de grande écoute. Outre la nécessité d’exploser le baromètre médiamétrique, en corrélant le n-ième attentat avec des habitudes de divertissement du média vidéoludique, on remarquera très, voire trop souvent, l’accord de vidéo. Oui les amis, en plus de cracher sur le monde du jeu vidéo, ces gens ne connaissent même pas leur propre langue.

Est-ce leur faute ? Devons-nous les blâmer car ils n’ont guère prêté attention à l’école ? Ou tout simplement parce qu’ils n’ont étudié que très vaguement le sujet dans le seul et unique but de faire du buzz, du chiffre, de l’audimat ? Il est compréhensible qu’un présentateur télé n’ait pas de temps à consacrer à son dossier, trop occupé par son dernier brushing… L’image, c’est important, doit-elle l’être au détriment du travail bien fait ? Question ouverte, vous avez 4 heures.

Une passion dévorante entachée

788196UNUL

Pour moi, les jeux-vidéos, c’est avant tout une projection de soi dans un univers homérique…

Malheureusement, les fans n’en sont pas exempts. En effet, combien de blogs, articles, youtubeurs et autres sites amateurs qui certes expriment leur amour du jeu vidéo scandent haut et fort « J’aime les jeux vidéos ! » (aïe).

Hélas, cela a la fâcheuse tendance à montrer du doigt l’analphabétisme plus qu’autre chose. C’est d’ailleurs un argument, voire l’argument, qui réduit à néant tout effort consistant à montrer son intérêt profond pour la chose. En effet, il est vraiment dommage de voir des analyses bien construites, des points de vue intéressants avec ces horreurs telles que « jeux-vidéos, jeux vidéos, jeux-vidéo, etc. »

Devons-nous pour autant dénigrer son idée ? Doit-il s’empêcher d’écrire ? Cela serait dommage de ne pas permettre à certains d’exprimer une passion qui les dévore. Je peux parfaitement comprendre, mais il est nécessaire et primordial de ne pas tenter un débat qui pourrait se retrouner contre vous.

Une fois pour toutes, vidéo est un adjectif invariable qui ne prend donc pas de s, et jeu vidéo n’est PAS un mot composé, Dediou ! Paix et amour.